Bienvenue sur le forum de l'association des femmes diabétiques. Besoin d'aide ?

  • Je n'arrive pas à me connecter ! Si vous êtes déjà inscrit, et que votre inscription est bien validée, il suffit de réinitialiser votre mot de passe (avec l'adresse mail valide qui a servi lors de votre inscription), et de vous connecter à nouveau.
  • Je me suis inscrite, mais je n'ai pas reçu de mail de confirmation ! Vous devez vous inscrire sur ce forum (indépendant de la boutique). Pensez également à vérifier dans votre dossier spam. Si vous ne voyez rien, dans ce cas une seule solution : contactez-nous !
  • Si vous souhaitez adhérer à l'association cliquez ici (cette démarche n'est pas indispensable pour profiter d'une partie du forum).
celine95

Ado did et psychologue

15 messages dans ce sujet

Alors voila, notre louloute en ce moment dur dur malgré qu'elle nous dise que tout vas bien.

En début d'année elle a même eue des idées noir, ne voulais plus changer ses catheters , est souvent les larmes aux yeux, à peur qu'on ne l'aime plus, nous en veux ......

Suite à cela avec mon mari nous sommes allés voir une psychologue qui  nous a bien conseillé. Depuis plus de clash avec Clara, les changements de KT impec.... mais le mal être est toujours la.

Nous retournons voir la psychologue le 10 avril. Nous avons décidé qu'elle viendrais avec nous, car on ne veut pas qu'elle s'enfonce plus dans ce mal être. Son professeur principal nous dis que sa serais bien.

C'est la seule diabétique de la famille, l'annonce avait été très dur à accepter. ( sa l'est toujours)

Avons-nous raison de l'emmener même si elle ne veut pas ? ( elle nous dis que les psy c'est pour les fous !)

Comment avez vous vous vécu ce début d'adolescence en tant que DID ?

 

Merci de vos réponse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne connais pas votre fille et chaque famille est différente, chaque histoire spéciale... Mais j'aurais aimé que l'on m'emmène voir un psy lorsque j'étais enfant et ado, quitte à me "forcer" un peu. Elle a 12 ans je crois ? Je trouve que c'est un âge où l'on peut encore décider pour nos enfants, au moins pour un premier rdv... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, linecé a dit :

Je ne connais pas votre fille et chaque famille est différente, chaque histoire spéciale... Mais j'aurais aimé que l'on m'emmène voir un psy lorsque j'étais enfant et ado, quitte à me "forcer" un peu. Elle a 12 ans je crois ? Je trouve que c'est un âge où l'on peut encore décider pour nos enfants, au moins pour un premier rdv... 

Oui elle a 12 ans. On viens de lui dire ...

Larmes, et non je n'irais pas, je ne suis pas malade ... et j'en passe.

Par contre elle veut bien se confier à sa préstataire de la pompe ... qui c'était proposé justement pour que Clara lui parle si besoin.( C'est une femme en or)

On la voit la semaine prochaine, donc je verrais avec elle, mais je veux qu'elle vienne tout de même avec nous au prochain rendez vous psy, tout au moins pour voir comment sa se passe et que la psy est très gentille.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"Je ne suis pas malade"... Tout l'enjeu est là à mon avis ! Plus vite on le comprend, mieux on vit... On ne l'accepte pas une fois pour toute, et sans doute pas à 12 ans, mais si au moins elle comprend qu'un chemin est possible... Est-elle capable d'admettre son mal-être, exprime t-elle ses besoins, ses envies ? En tout cas, vous, ses parents, lui montrez le chemin et c'est déjà un pas important ! Et vous lui signifiez que son bien être est important, que vous vous faîtes du souci pour elle, pour son bonheur, et pas seulement pour ses glycémies... 

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ancienne ado diabétique, pour moi la phrase "je ne suis pas malade" est vraie, et le reste, "je ne suis pas malade, je suis diabétique" c'est une nuance qui pour moi à toujours fait la différence. Lors de mon diagnostic, ma diététicienne m'a dit : " c'est au diabète à s'adapter à toi et non l'inverse" et cette phrase a été une révélation, pas de changement d'habitude, de l'ITF (qui ne portait pas ce nom encore). La pompe peut être difficile à porter ado car le diabete est visible mais il apporte une liberté incroyable aussi (mais j'ai connu pas mal d'ado qui l'ont enlevé à cet âge pour mieux se fondre dans le moule). Le rendez-vous psy est une bonne idée, j'imagine qu'elle va pouvoir le voir seule et pas seulement avec vous, et elle est encore jeune pour décider de ce genre de chose sans vous ;-).

Bon courage, les années à venir ne seront pas facile (diabète ou pas elle devient ado ...).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Perso, diabète à 12 ans, une visite chez le psy (organisée par le service de pédiatrie lors de mon hospitalisation initiale). Sortie de là j'ai clairement dit à mes parents qu'il était hors de question pour moi d'y retourner, que ça ne m'avait servi à rien... mon cheminement et acceptation (bien que je n'ai jamais manifesté de "refus") ce sont fait au fil des années, et même encore maintenant j'ai des phases de prises de conscience, d'avancement... c'est le chemin d'une vie.

Je ne pense pas que de braquer Clara soit judicieux, mais peut-être negocier qu'elle vous accompagne juste une fois et qu'ensuite elle est libre de choisir si elle veut y retourner ou non. Le fait que vous, parents, ayez besoin de vous faire aider pour l'aider est à respecter et encourager mais même si elle n'a que 12 ans, que vous êtes ses parents et qu'effectivement c'est vous qui décidez, le diabète c'est bien elle qui le porte et vis avec et ce n'est à mon sens pas négligeable. Je suis d'avis que si son infirmière presta se propose de tisser le dialogue et tenter de l'aider, et que ça lui convient (à Clara), c'est un non début et une bonne piste.

Est-ce que Clara connaît et fréquente l'AJD (Aide aux Jeunes Diabetiques) ? Ça pourrait peut être l'aider à ne pas se sentir seule face à cette maladie, à discuter de son ressenti...

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne suis jamais allée voir de psy étant ado mais mon diabéto avait ce rôle pour moi. Je partage le point de vue de @Juju : "je ne suis pas malade, je suis diabétique" aide beaucoup à cheminer.

Et puis ces idées noires viennent-elles du diabète ou d'autre chose ? Un premier rendez-vous n'engage à rien, tant pour vous que pour elle. Et si elle préfère nouer un lien avec l'infirmière presta, pourquoi pas. L'important c'est d'avoir un tiers à qui se confier quand on en a marre.

Vous êtes des chouettes parents, vous faites tout ce qu'il faut pour votre fille et souhaitez lui apporter le meilleur, bravo :amen:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Je partage à 100000% le "je ne suis pas malade".

Je trouve que c'est plutôt sain de voir ca comme ça, ca ne l'empêchera pas d'avancer.

Je pense avoir peut être vu un psychologue lors de la découverte (j'avais 9 ans), mais à 12 ans j'étais déjà tellement indépendante avec le did que j'aurais sûrement refusé d'y aller comme ta fille.

Attends un peu peut être, elle te le dira si elle en a besoin seulement concernant le did. Mais si tu penses qu'elle en a besoin pour une autre raison, n'hésite pas à l'emmener.

Ce n'est pas bien ce que je veux dire, mais un ado did fera sûrement des bêtises. Ne pas faire des dextros, ne pas changer des kt, ne pas se faire de piqures ou bolus, manger n'importe quoi ... bref, j'ai presque envie de dire que c'est "normal". Je ne connais pas d'ado did parfait (non did non plus d'ailleurs). Mon message à travers ça, c'est qu'il faut veiller juste au minimum vital en tant que parent. On a tous, enfants, ados et adultes parfois vraiment marre du did!

Peu à peu elle deviendra autonome, en tant que parents vous devrez seulement être là pour l'accompagner dans son cheminement, et pour cela elle vous en remerciera.

2 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Mafalda a dit :

Ce n'est pas bien ce que je veux dire, mais un ado did fera sûrement des bêtises. Ne pas faire des dextros, ne pas changer des kt, ne pas se faire de piqures ou bolus, manger n'importe quoi ... bref, j'ai presque envie de dire que c'est "normal"

Je suis d'accord avec toi, et ce n'est sans doute pas facile à accepter pour des parents ! Après coup, j'ai réalisé que je m'était servi de mon diabète pour "vivre mon adolescence". Pas besoin de fumer ou d'adopter d'autres conduites à risque pour faire ma révolution, "juste" ne plus faire de glycémie et manger ce que je voulais, quand je voulais !! Je me suis contenté du minimum pendant plusieurs années, juste de quoi échapper aux comas ! J'aurai aimé que l'on me déculpabilise à l'époque, que mon diabéto ne fasse pas l'autruche devant mes carnets exemplaires qui ne reflétaient en rien mon HbA1c !!!

Bien sûr il ne faut pas la braquer... Mais je trouve super important que par cette démarche, vous lui signifiez qu'il est possible de vivre sereinement en étant diabétique, que peut-être certains de ses comportements vis-à-vis de son diabète ne sont pas adaptés, qu'elle n'est pas "condamnée" à mal vivre sa maladie. Elle ne fera pas sienne vos convictions immédiatement, mais elle les aura au moins entendues une fois ! J'aurais vraiment aimé que l'on me dise qu'un autre rapport à la maladie, à l'alimentation, aux contraintes, était possible, avant que je ne le découvre par moi-même à l'âge adulte ! 

Après, il est vrai qu'à 12 ans, il peut y avoir d'autres sources de mal-être et d'idées noires...

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un psy ce n'est pas pour les fous !

Est-elle consciente de son mal être ? Si oui, il faut lui expliquer que de parler avec qqn d'extérieur à son quotidien peut faire du bien, que ça ne veut pas dire qu'elle est folle, et qu'elle peut parler de tout, pas forcément du diabète, que c'est un endroit où elle pourra se décharger de tout, et surtout de tout ce qu'elle n'arrive pas à vous dire à vous ou à ses copines. Après si elle ne veut vraiment pas il  ne faut pas la braquer, surtout que vous avez l'option infirmière de presta qui sera aussi très bien pour ça.

Pas facile d'élever un enfant, on veut qu'il soit heureux et bien, et on se sent démuni. C'est encore plus vrai quand il y a une maladie chronique qui pèse sur le quotidien et prend une place importante dans votre relation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci de vos réponses je vais essayer de faire une réponse groupé.

 

Pour elle tout vas bien, alors que l'on voit bien que non par moment. Donc est-ce le diabéte ou autre choses. Elle me parle de tout mais à 12 ans pas facile non plus.

Lors de notre dernière visite chez son diabétologue en janvier c'est lui qui nous avait dis qu'elle était en détresse. Il l'avais prise à part pour discuter et elle nous l'avais fait pleurer ( il est très sensible et attaché a ses petits patients). C'est suite à cela qu'il nous avait conseillé de consulté.

Certains midi au collège oui elle oublis de faire son bolus, sa glycémie ... Bon je me dis elle est lancé avec les copines, elle zappe, mais s'en rend compte et se fait un rajout en début d'après-midi.

Dur dur pour nous, on veut tellement l'aider pour qu'elle puisse grandir avec au mieux.

Merci encore d'être la et de nous montrer à nous parents de did que nos enfants pourront avoir une belle vie d'adultes. 

 

7 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Même après 20 ans de diabète on les oublie les bolus, alors pas de panique ! ;) 

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je viens vous racontez comment c'est passé le rendez vous de lundi.

Ma louloute à peu parler, beaucoup pleurer. Le peu qu'elle est dit est donc qu'elle ne voit pas d'avenir et qu'elle a peur de mourrir. D'ailleurs aujourd'hui on en a reparler avec son diabéto qui lui a dit qu'il avait des confrères diabétiques... et qu'elle n'allait pas mourrir comme sa.

Elle a beaucoup apprécié que la psy dise à son père qu'il avait tord ( par moment) :D. Du coup elle m'a même dit " C'est bien elle est pas forcement de votre côté " 

Elle y retourne en juillet avec son papa. Sa vas leur faire du bien rien que tout les deux car en ce moment c'est explosif avec leurs caractères de cochons :baton:

6 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Eh c'est super chouette ! Enfin, la démarche est chouette parce que j'imagine que vous avez dû être un peu bouleversés d'entendre ses mots...

Contente qu'elle ait réussi à saisir l'opportunité que vous lui proposiez... Bravo !

Bonne continuation à toute la famille ! 

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas facile d'élever une ado, qu'elle soit diabétique ou pas !

Pour le psy, je suis d'accord avec ce qui a été dit "ce n'est pas pour les fous". Je suis personnellement allée en voir un à l'annonce de mon diabète (et pourtant j'avais déjà 25 ans!) sur les conseils de ma diabéto qui voyait bien que j'avais du mal à accepter. Ca m'a fait du bien !

Bon courage, et surtout rassure ta fille, dis-lui que tu connais plein de femmes diabétiques qui mènent une vie tout à fait normale, qui se marient, qui ont des enfants, qui font carrière, et même qui courent le marathon !!

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.