Jump to content

Bienvenue sur le forum de l'association des femmes diabétiques. Besoin d'aide ?

  • Je n'arrive pas à me connecter ! Si vous êtes déjà inscrit, et que votre inscription est bien validée, il suffit de réinitialiser votre mot de passe (avec l'adresse mail valide qui a servi lors de votre inscription), et de vous connecter à nouveau.
  • Je me suis inscrite, mais je n'ai pas reçu de mail de confirmation ! Vous devez vous inscrire sur ce forum (indépendant de la boutique). Pensez également à vérifier dans votre dossier spam. Si vous ne voyez rien, dans ce cas une seule solution : contactez-nous !
  • Si vous souhaitez adhérer à l'association cliquez ici (cette démarche n'est pas indispensable pour profiter d'une partie du forum).
  • Veuillez garder à l'esprit que lorsque vous vous inscrivez, vous n'aurez accès à l'intégralité du forum qu'après votre participation ! (Certains forums ne sont proposés qu'aux adhérentes et adhérents).
  • Enfin, n'oubliez pas de consulter notre politique de confidentialité, conforme aux exigences du RGPD.

 La boutique de l'association est pour le moment indisponible. Veuillez nous excuser pour ce désagrément.

wasabi80

Member
  • Content Count

    33
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

2 Neutral

About wasabi80

  • Rank
    Newbie Member

Profile Information

  • Location
    Strasbourg

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. J'ai eu exactement la même expérience après l'hospitalisation en urgence lors de la découverte. On m'explique que je suis insulino résistant et que ça a un lien avec trop de glucides rapides et le surpoids, ET dans le même temps on me dit de manger encore plus de glucides que ce que je mangeais. Les premiers mois j'ai appliqué à la lettre et j'ai considérablement baissé ma consommation de légumes vu qu'une fois ingurgités les glucides recommandés (120g de pain le matin, 60g à midi et le soir, 300g de féculents midi et soir, un dessert midi et soir, + resucrages potentiels) je n'avais plus faim. Maintenant je pense que fondamentalement il y a quelque chose qui déconne dans ce protocole pour un insulino requérant. On me dit de prendre des glucides en quantité, glucides qui nécessitent de l'insuline exogène, ce qui augmente mes taux d'insuline, ce qui augmente l'insulino résistance qui est à la base de la maladie. C'est un cercle vicieux d’aggravation. Et dans le même temps l'insuline est anabolisante, ce qui aggrave le surpoids, puis l’inflammation, puis l'insulino résistance. En plus à l'hôpital on me donne du pain blanc le matin et on me dit que c'est ce qu'il me faut pour l'énergie toussa. Et en quantité monstrueuses par rapport à ce que je mangeais (120g ! ). Je m'exécute et fais confiance. Et pof j'ai le FSL et là je vois que le pain blanc, comme les pâtes, la purée... n'ont rien de sucre lent, je découvre l'index glycémique, puis l'index insulénique dont on ne m'a pas parlé à l'hôpital (aucun des deux) où on me parlait surtout d'adéquation entre insuline et glucides. Le FSL lui m'indique que le pain blanc c'est pire que le chocolat ou une orange, comme quoi toutes mes certitudes s'effondrent. Ensuite le mythe du petit déjeuner le repas le plus important de la journée où il faut de l'énergie, donc des glucides... Alors que moi j'ai une forte insulino résistance le matin (merci le FSL), qui provient de ce que j'ai compris de la destruction de l'insuline par mon foie pendant la nuit pendant le jeûne noctune, et qu'ensuite après le petit dej le pancréas doit produire à fond de l'insuline depuis un taux proche de zéro pour atteindre le seuil où il est enfin pris en compte par les muscles à cause de mon insulinorésistance, c'est à dire que non seulement il a un rendement plus faible insuline considérée / insuline produite , mais en plus un effet de seuil le matin. Donc en me chargeant à mort de glucides rapides le matin (120g de pain blanc, en plus avec peu de lipides comme on me l'a dit à l'hôpital alors que justement les lipides diminuent l'index glycémiques), je soumets mon pancréas à un stress, et mon corps à une hyperglycémie pendant 2-3 heures. Bref maintenant je ne fais plus ça, je mange 60g de pain de seigle complet avec 30g de beurre de cacahuète et un fruit. Ca aggrave moins l'insulino résistance.
  2. Ou alors vous faites des hypoglycémies à l'effort à l'insuline lente. Ca existe, moi j'en faisais. 20-25 minutes à 60% d'effort cardiaque, hypoglycémie systématique. Sous les 40% pas d'hypo, et au dessus de 60% plus c'était haut plus c'était rapide. C'est intéressant de recouper les informations d'une montre cardio GPS et d'un FSL.
  3. bonjour, On m'a demandé si j'étais fatigué, j'ai dit non. On m'a demandé si je ronflais j'ai dit que oui parfois, vu que c'est ce qu'on me dit. C'est tout. Je ne sais pas ce qu'est EPWORTH, donc j'ai regardé ça https://www.infosommeil.ca/epworth/ J'ai un résultat de 2 points sur le questionnaire. Et 54cm sur le tour de cou ajusté
  4. ok merci donc pas abusif. Tant mieux. Ceci dit je qualifie l'IMC de bidon, car si je perdais la totalité de ma masse grasse, toutes choses égales par ailleurs, je serais toujours en surpoids avec une IMC de 25.4. Or c'est pas possible et pour être en bonne santé, il faut une masse grasse de au moins 14%, et avec une masse grasse de 14% je pèserais toutes choses égales par ailleurs 99kg soit une IMC de 29.6 à la limite de l'obésité. C'est hautement contradictoire. Je suis donc un profil pour lequel l'IMC en tant qu'approche statistique n'a pas de sens. Pourquoi toujours me l'opposer ? Sinon pour la régénération c'est courant ?
  5. Bonjour Je viens d'aller en visite de contrôle chez le neurologue et apparemment après tests électriques ma neuropathie périphérique diabétique débutante s'est améliorée, mes nerfs se sont régénérés. Est ce que c'est courant ou bien je suis encore un cas particulier pour ça ? Bref je suis content en me disant que le fardeau diminue, et paf comme d'habitude on me recolle un autre truc, je dois faire un polysomnographe. On me dit que c'est anormal qu'on ne m'en ait pas fait avant, en particulier en hospitalisation en diabétologie, mais on ne m'en a même pas parlé avant. C'est courant dans le traitement du diabète ? Je n'ai que 39 ans tout de même et une masse grasse de 28.5% -trop gros - actuellement (en contradiction avec le calcul "bidon" de l'IMC 35.5 qui lui dit obésité sévère). Je suis partagé entre l'impression que le neurologue veut faire tourner son cabinet avec un examen coûteux, et l'impression qu'à l'hopital on ne me voulait pas me le faire car trop coûteux. Je me rends compte que j'ouvre quasiment à chaque fois un nouveau sujet, mais je ne trouve que rarement des fils pour coller mes questions.
  6. c'est vraiment abusé, ils veulent vraiment filer leur came à tout prix. En plus il y a des médecins, qui désormais font entendre leur voix, qui disent que ça ne repose sur rien du tout cette incrimination du cholestérol et que c'est un coupable innocent et que seulement dans des conditions particulières où il faut plusieurs choses en même temps il devient un facteur de risque statistique réel, mais qu'il n'est pas démontré qu'il y ait une cause même dans ce cas là. Le niveau de preuve n'est pas du tout le même que pour l'hyperglycémie et ses conséquences apparemment. De plus en plus de médecins réagissent heureusement. C'est plus comme il y a 20ans quand on m'a filé ce truc. J'ai plusieurs professionnels de santé qui m'ont dit que c'était un poison, toxique, une m.e.r.d.e...
  7. Bonjour, Mon retour d'expérience, vu que demandé. D'abord sous Victoza (qui est censé faire maigrir), et basal 3 bolus insuline, j'ai pris du poids à la sortie de l’hôpital. A l'arrêt de l'insuline lente, j'ai perdu 12kg en un mois un mois et demi et environ 10cm de tour de taille. Donc pas trop compliqué de dire que l'insuline est anabolisant ;-)
  8. Bonjour, Apparemment maintenant oui c'est le cas, c'est ce que m'ont dit une cardiologue et une généraliste de moins de 35ans. En revanche il y a 20 ans ce n'était pas le cas. Quand j'avais 14 ans on m'a fait une prise de sang suite à la visite médicale de 3eme et on a vu que j'avais trop de triglycérides et de cholestérol total, mais sans faire la distinction LDL / HDL. Glycémie sans soucis. On m'a fait faire un petit régime et les triglycérides étaient OK. Et sur la base d'uniquement un cholestérol total trop haut (HDL non mesuré, tension Ok, glycémie OK... mais un surpoids) on a décidé de me filer des statines, mineur. J'ai réussi à temporiser en disant au généraliste que je ne prendrais pas de tel médicament de sa part à mon âge et que je n'accepterais que de le prendre d'un spécialiste adhoc, et finalement la première fois que j'en ai eu c'était à 18ans, le mois où j'ai eu mon bac, le mois où la France a gagné la coupe du monde de foot. Je suis rentré dans le carrousel de leurs produits magiques, auxquels j'ai eu des effets secondaires (crampes, problèmes d'étouffement, citolyse hépathique, uriticaire géant... et un autre surprise). Et le meilleur de tout c'est que le dernier endocrinologue m'a donné un cocktail Ezetrol Crestor pendant 4 ans sans jamais contrôler ma glycémie. En 2009-2010 suite au scandale sanitaire de Bachelot et du "big money" pharmaceutique j'ai arrêté d'en prendre. Et les statines avaient un effet diabétogène qu'on s'était bien gardé de me dire. Et j'ai développé un diabète bizarre, insulinorésistant à corps cétoniques. Diagnostiqué à 37ans le jour de la cérémonie en hommage à Johnny, mais qui sait depuis quand je l'avais ? Je n'ai aucune mesure de glycémie des 10ans précédents. Un type II mais avec une hba1c à 10% à 37ans, alors que j'ai de l'activité physique correcte, que je mange beaucoup de fruits et légumes, que je ne bois quasiment pas, que je ne fume pas et n'ai jamais fumé, n'ai jamais pris de drogue, ne mange quasiment pas de bonbons / chocolats / gateaux / sodas / junk food... Et ce qui est merveilleux c'est que comme j'ai un diabète provoqué par les médicaments contre le cholestérol, maintenant mes objectifs de cholestérol sont encore plus bas qu'avant et donc je devrais prendre encore plus de médicaments anti cholestérol. C'est comme la spirale des prises d'insuline, on prend -en type II- de l'insuline parce qu'on est insulinorésistant, et cette insuline augmente la concentration sanguine d'insuline et donc l'insulinorésistance.
  9. J'avais le même soucis quand j'avais le FSL, la glycémie du premier jour est foireuse. La solution était de mettre le capteur 24heures avant l'échéance du précédent et de ne le démarrer que quand le premier est fini.
  10. ok merci. Je lui ai fait la demande. Je veux pas le déranger pour rien non plus.
  11. Bonjour, Voilà avant j'avais de l'insuline et je faisais des hypoglycémies à l'effort à l'insuline lente. Maintenant depuis septembre dernier je n'ai plus d'insuline, juste un traitement victoza+mertformine. Et là paf lundi en faisant du vélo grosse baisse de forme pour le retour, je n'ai pas de lecteur sur moi vu que plus nécessaire et quand je suis de nouveau chez moi la glycémie est correcte. Le lendemain je passe la tondeuse et paf en plein milieu la tête qui tourne, des déformations visuelles, je fais une mesure 0.56g/l. Je suspecte que la veille c'était la même chose. En revanche à l'arrêt de l'effort ça remonte très vite pas besoin de resucrer, ce n'est pas comme les hypoglycémies sous insuline exogène apparemment. Quelqu'un a déjà expérimenté ça ou a des conseils ? Faut-il que j'en parle tout de suite au diabétologue ou ça peut attendre le prochain rendez vous (en octobre) ? merci.
  12. C'est mon cas, quand je suis arrivé à l'hôpital, avec mes corps cétoniques à 0.7 mmol/l, ma glycémie à 4g/l et mon hba1c à 10 on m'a d'abord diagnostiqué un diabète de type 1. On n'aurait pas du alors me dire de faire de l'activité alors ?
  13. Bonjour, Je mettais en rapport les deux valeurs car le remboursement du FSL a été conditionné à une économie pour la sécu par rapport aux systèmes d'analyses classiques, donc le prix du dispositif n'est pas anodin dans les recommandations thérapeutiques. Mais dans le cadre d'une hospitalisation le prix d'un capteur FSL est anodin rapporté à l'enveloppe globale, même si ce capteur n'est finalement utilisé qu'une semaine d'hospitalisation alors qu'il a une durée de vie de deux. Or ce capteur permet lui aussi aux infirmières de nuit de contrôler la glycémie comme les mesures classiques, et de ne réveiller le patient qu'un cas d'hypoglycémie et pas dans tous les cas. Outre le confort dont je pense que ça n'est pas la priorité, ça a des répercussions sur l'état général du patient, son niveau de fatigue, sa récupération et tout un ensemble de processus métaboliques qui ont lieu pendant le sommeil... Par exemple dans la liste des causes possibles d'un diabète de type II, on liste des problèmes de récupération par manque de sommeil, et là ça n'aurait pas d'influence ? Un exemple sur la prise en charge qui n'est pas forcément adéquate tout le temps juste pour des détails. Quand je suis arrivé en service de diabétologie en hospitalisation, je suis arrivé un week end, et donc le week end c'est des internes tous seuls qui s'occupent du monde les autres sont en week end, pas de supervision de vrais médecins, mais pour l'accueil apparemment il faut quand même un vrai médecin, et donc j'ai eu le droit carrément au professeur. Et le professeur m'a dit quelque chose qu’apparemment on ne dit pas autres, que beaucoup de mesures effectuées à l'hôpital, de diagnostiques et de calcul de traitement étaient faussés parce que la quasi totalité des patients glandaient à l'hôpital en passant 90% du temps dans leur lit à regarder la télé et dormir et les 10% dans les fauteuils de la salle commune avec des visites. Du coup dès qu'ils rentraient chez eux, ça n'allait plus car ils se dépensaient plus. Et que donc je devais pratiquer une activité physique conséquente. Ce que j'ai fait, Je me suis tapé des dizaines de fois l'ascension des trois étages du bâtiment quand il faisait mauvais, et quand il faisait beau le tour de l'hôpital à l'extérieur (on m'a précisé qu'il ne fallait surtout pas que je sorte de l'enceinte) avec mon minimed. 2*30 minutes par jour environ. Et j'ai bien vu que j'étais le seul à le faire, pourtant il n'y avait de loin pas que des obèses à un stade très avancé et des vieux incapables de se mouvoir à mon étage. Apparemment ça change tout.
  14. Bonjour, A la base basal+3bolus Grâce au FSL on a vu que je faisais des hypoglycémies nocturnes et à l'effort à plus de 3h des repas et jamais autrement. On m'a donc diminué le bolus du soir et le basal. l'hba1c a encore diminué, du coup on a tenté le coup pour voir sans insuline le soir avec suivi par mail, ça allait, mais à partir de là je n'étais plus éligible FSL. puis on a enlevé la lente et la toute petite dose du midi que j'avais mais en mettant 3g de metformine avec suivi par mail. Il ne me restait plus que le bolus du petit dej en insuline. l'hba1c suivante a encore diminué, il a viré le bolus du peti dej et retour à 2g de metformine. l'hba1c suivante a augmenté à 5.5. le FSL ça permet de faire des expérimentations si on a un diabétologue réactif par mail. C'est bien ce truc, je ne comprends même pas qu'on ne m'en ait pas mis un à l’hôpital plutôt que de me réveiller toutes les deux heures quand je dormais. C'est 50€ le capteur vs mon hospitalisation qui a coûté environ 7000€.
  15. Non c'est pas ça. Je suis en surpoids depuis l'âge de 3ans, j'ai trop de cholestérol depuis 14ans, on m'a filé des médicaments en ce sens et maintenant on me dit qu'ils ont participé au déclenchement d'un diabète diagnostiqué depuis un an. Je râle parce qu’apparemment maintenant certains médecins s'amusent à donner des statines à des enfants en bas âge ayant trop de cholestérol, en se gardant bien de dire à leurs parents que ce facteur de risque non causal mais probabiliste si il est traité devient diabétogène. Le remède pire que le mal. je prends actuellement 2*1g de metformine, plus du victoza, plus de l'odrik. Et il y a un an pile j'étais sous FSL avec de l'APIDRA et de l'ABSAGLAR.
×
×
  • Create New...