Aller au contenu

Bienvenue sur le forum de l'association des femmes diabétiques. Besoin d'aide ?

  • Je n'arrive pas à me connecter ! Si vous êtes déjà inscrit, et que votre inscription est bien validée, il suffit de réinitialiser votre mot de passe (avec l'adresse mail valide qui a servi lors de votre inscription), et de vous connecter à nouveau.
  • Je me suis inscrite, mais je n'ai pas reçu de mail de confirmation ! Vous devez vous inscrire sur ce forum (indépendant de la boutique). Pensez également à vérifier dans votre dossier spam. Si vous ne voyez rien, dans ce cas une seule solution : contactez-nous !
  • Actuellement (février 2019), les adresses gmail rencontrent un problème.
  • Si vous souhaitez adhérer à l'association cliquez ici (cette démarche n'est pas indispensable pour profiter d'une partie du forum).
  • Veuillez garder à l'esprit que lorsque vous vous inscrivez, vous n'aurez accès à l'intégralité du forum qu'après votre participation ! (Certains forums ne sont proposés qu'aux adhérentes et adhérents).
  • Enfin, n'oubliez pas de consulter notre politique de confidentialité, conforme aux exigences du RGPD.

wasabi80

Membre
  • Compteur de contenus

    22
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

2 Neutre

À propos de wasabi80

  • Rang
    Membre débutant

Profil de membre

  • Ville
    Strasbourg

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. C'est mon cas, quand je suis arrivé à l'hôpital, avec mes corps cétoniques à 0.7 mmol/l, ma glycémie à 4g/l et mon hba1c à 10 on m'a d'abord diagnostiqué un diabète de type 1. On n'aurait pas du alors me dire de faire de l'activité alors ?
  2. Bonjour, Je mettais en rapport les deux valeurs car le remboursement du FSL a été conditionné à une économie pour la sécu par rapport aux systèmes d'analyses classiques, donc le prix du dispositif n'est pas anodin dans les recommandations thérapeutiques. Mais dans le cadre d'une hospitalisation le prix d'un capteur FSL est anodin rapporté à l'enveloppe globale, même si ce capteur n'est finalement utilisé qu'une semaine d'hospitalisation alors qu'il a une durée de vie de deux. Or ce capteur permet lui aussi aux infirmières de nuit de contrôler la glycémie comme les mesures classiques, et de ne réveiller le patient qu'un cas d'hypoglycémie et pas dans tous les cas. Outre le confort dont je pense que ça n'est pas la priorité, ça a des répercussions sur l'état général du patient, son niveau de fatigue, sa récupération et tout un ensemble de processus métaboliques qui ont lieu pendant le sommeil... Par exemple dans la liste des causes possibles d'un diabète de type II, on liste des problèmes de récupération par manque de sommeil, et là ça n'aurait pas d'influence ? Un exemple sur la prise en charge qui n'est pas forcément adéquate tout le temps juste pour des détails. Quand je suis arrivé en service de diabétologie en hospitalisation, je suis arrivé un week end, et donc le week end c'est des internes tous seuls qui s'occupent du monde les autres sont en week end, pas de supervision de vrais médecins, mais pour l'accueil apparemment il faut quand même un vrai médecin, et donc j'ai eu le droit carrément au professeur. Et le professeur m'a dit quelque chose qu’apparemment on ne dit pas autres, que beaucoup de mesures effectuées à l'hôpital, de diagnostiques et de calcul de traitement étaient faussés parce que la quasi totalité des patients glandaient à l'hôpital en passant 90% du temps dans leur lit à regarder la télé et dormir et les 10% dans les fauteuils de la salle commune avec des visites. Du coup dès qu'ils rentraient chez eux, ça n'allait plus car ils se dépensaient plus. Et que donc je devais pratiquer une activité physique conséquente. Ce que j'ai fait, Je me suis tapé des dizaines de fois l'ascension des trois étages du bâtiment quand il faisait mauvais, et quand il faisait beau le tour de l'hôpital à l'extérieur (on m'a précisé qu'il ne fallait surtout pas que je sorte de l'enceinte) avec mon minimed. 2*30 minutes par jour environ. Et j'ai bien vu que j'étais le seul à le faire, pourtant il n'y avait de loin pas que des obèses à un stade très avancé et des vieux incapables de se mouvoir à mon étage. Apparemment ça change tout.
  3. Bonjour, A la base basal+3bolus Grâce au FSL on a vu que je faisais des hypoglycémies nocturnes et à l'effort à plus de 3h des repas et jamais autrement. On m'a donc diminué le bolus du soir et le basal. l'hba1c a encore diminué, du coup on a tenté le coup pour voir sans insuline le soir avec suivi par mail, ça allait, mais à partir de là je n'étais plus éligible FSL. puis on a enlevé la lente et la toute petite dose du midi que j'avais mais en mettant 3g de metformine avec suivi par mail. Il ne me restait plus que le bolus du petit dej en insuline. l'hba1c suivante a encore diminué, il a viré le bolus du peti dej et retour à 2g de metformine. l'hba1c suivante a augmenté à 5.5. le FSL ça permet de faire des expérimentations si on a un diabétologue réactif par mail. C'est bien ce truc, je ne comprends même pas qu'on ne m'en ait pas mis un à l’hôpital plutôt que de me réveiller toutes les deux heures quand je dormais. C'est 50€ le capteur vs mon hospitalisation qui a coûté environ 7000€.
  4. Non c'est pas ça. Je suis en surpoids depuis l'âge de 3ans, j'ai trop de cholestérol depuis 14ans, on m'a filé des médicaments en ce sens et maintenant on me dit qu'ils ont participé au déclenchement d'un diabète diagnostiqué depuis un an. Je râle parce qu’apparemment maintenant certains médecins s'amusent à donner des statines à des enfants en bas âge ayant trop de cholestérol, en se gardant bien de dire à leurs parents que ce facteur de risque non causal mais probabiliste si il est traité devient diabétogène. Le remède pire que le mal. je prends actuellement 2*1g de metformine, plus du victoza, plus de l'odrik. Et il y a un an pile j'étais sous FSL avec de l'APIDRA et de l'ABSAGLAR.
  5. Bonjour, Oui évidemment les valeurs données ne sont pas très précises, je me suis demandé si ça n'était pas un gadget, mais j'ai essayé de les recouper, par exemple pour le Vo2max, j'ai une pente pas très loin de chez moi qui fait 28m de dénivelé avec plus de 10%, je la monte à vélo dans un temps (4-5 minutes) qui correspond grosso modo à la durée pendant laquelle on calcule la PMA (puissance maximale aérobie), la puissance aérodynamique est faible car je vais lentement à cause de la forte pente, je développe une certaine puissance pour vaincre la gravité (m.g.h) à une certaine charge cardiaque (donnée par ma montre), je fais la règle de trois avec ma fréquence cardiaque max et j'obtiens un minorant de PMA calculée qui n'est pas loin du tout de ce qu'elle serait avec la V02max que me donne ma montre. Donc je me dis qu'il n'y a pas d'erreur de grandeur, je n'ai peut être pas 6.8L/min de Vo2max mais sûrement plus que 6. Pour les calories consommées par heure d'activité (vélo, marche, ping pong, tennis), ça colle à +20% avec ce qu'on trouve sur internet comme dépense typique. Je m'imagine que ces +20% sont liés au fait que ceux qui ont établi les valeurs pensaient à quelqu'un de plus léger. Pour la fréquence cardiaque, mon capteur optique de montre donne les mêmes choses que mon tensiomètre numérique qui est un équipement médical. Bref, pas de raison de penser que ça donne des valeurs fantaisistes, au mieux surévaluées, en particulier en période sans effort comme je disais. Pour ce qui est de la machine à régler... Alors ce qu'il faut savoir de moi c'est que je ne suis jamais malade, j'ai eu une grippe étant petit et une varicelle, deux entorses en faisant du volley et du ski, et quelques rhinopharyngites étant adolescent il y a 20ans la dernière, et sinon que des trucs allergiques. C'est exhaustif. Apparemment j'ai un système immunitaire costaud qui veut avoir le dessus et une constitution robuste. Mon seul symptôme c'est d'être trop gros. Sauf que sans système de mesure, les gens disent que j'ai 10-15kg à perdre. Or j'ai donné les valeurs dans un post précédent et si on en croit les "normes" et les valeurs de balances, c'est entre 25 et 45kg plutôt. Donc quelqu'un qui ne souffre de rien, doit-il faire l'objet d'une prise en charge ? A 14ans à la visite médicale de collège, on m'a fait stresser avant la visite médicale, j'ai eu de la tension qui a disparu ensuite, mais la boîte de Pandore était ouverte. On a décidé que ma "machine" qui fonctionnait et dont le seul symptôme apparent était d'être trop gros devait être réglée. Donc on a décidé de me faire faire des régimes, non pas pour perdre du poids, mais pour changer les valeurs de régulations de paramètres biochimiques pourtant nécessaire au fonctionnement de l'homme. Régimes drastiques qui en 2019 s'avèrent dans l'état actuel des recommandations contre productifs. Et comme ça n'a pas suffit on m'a ensuite donné des médicaments en ce sens. Médicaments qui m'ont déréglé les transaminases, puis créé des réactions allergiques importants, puis des problèmes musculaires pas du tout négligeable. On m'a dit "faut les prendre, sinon à 40ans c'est trop lourd. Et c'est SUR et CERTAIN et PROUVE avec autant de ça dans les veines tout sera bouché et vous allez crever". Et puis il y a eu l'affaire Bachelot et ses vaccins via comptes en Suisse... J'ai arrêté ces bétises. Et maintenant on (on = des médecins et des infirmières) me dit que ces cochonneries ont sûrement joué un rôle significatif dans le développement d'un diabète insulinorequérant à corps cétoniques à 37 ans pour quelqu'un qui en plus fait de l'activité physique et ne se gave pas de sucreries. On s'était bien sûr bien gardé de me dire que ça pouvait générer un diabète, d'ailleurs le dernier endocrinologue (pas un généraliste formé en roumanie) qui m'en a prescrit et chez qui j'étais pendant 4ans ne m'a jamais mesuré la glycémie. Et maintenant on essaye de me faire le même coup avec l'HTA. En fait le corps humain est composé de mécanismes de régulations de ses paramètres internes. Soit le mécanisme fonctionne mais un petit curieux a décidé de voir sur quelle valeur de consigne la régulation se fait et de prétendre que ce n'est pas bon parce que X ou Y études financées par des intérêts privés ont dit que ça n'était pas bon à long terme et que ça tombait bien ils ont un médicament à vendre, et on tripatouille le système de régulation quitte à ce qu'il ne fasse plus sa fonction à court terme. Soit le mécanisme ne fonctionne plus et il faut l'assister. Le diabète c'est le deuxième cas. L'hypercholestérolémie et l'hypertension le premier cas. primem non nocere il parait.
  6. On m'a fait un dosage de l'IGF1 et de GH pour l'hormone de croissance. Qui apparemment ne pose pas de problèmes. Et j'ai aussi eu des mesures de cortisol libre urinaire. Dans les intervalles indiqués.
  7. Bonjour, Faut pas croire, je ne suis pas un fou du smartphone. La montre je la mets après la douche et elle vit sa vie, je lui indique juste quand je fais du vélo pour l'enregistrer en activité spécifique. Et tous les quelques jours je la recharge et fais le transfert sur le smartphone et j'indique de temps en temps le détail des repas pour voir si je ne me plante pas trop à l'estimation. Ce n'est pas du tout une espèce de bilan comptable chronophage. Manger à ma faim ? Le problème est que quand j'avais de l'insuline par exemple, j'aurais terminé en hypoglycémie à chaque repas car clairement je devais me forcer pour manger tout ce pain et ces féculents (120g de pain au petit dej, 300 g de féculents aux deux repas et 60g de pain). Depuis que j'ai 3ans je suis trop gros, ça ne date pas d'hier, je me suis forgé la conviction au fil de temps que j'ai quelque chose qui ne va pas soit au niveau de mon métabolisme soit au niveau de mon comportement et que ce n'est pas quelque chose de courant. Et on ne me l'a pas encore trouvé, pour moi on a trouvé des conséquences du truc comme le diabète. Donc là un appareil me dit "déficit en protéines" donc je me dis que c'est à creuser, on ne m'avait jamais parlé de ça avant. Sur la plupart des sites on lit que ce n'est pas possible, que les occidentaux mangent trop de protéines etc... Or moi quand je fais le bilan ce n'est clairement pas mon cas. Donc je me dis et si c'était ça ? Je dis quelque chose de pas courant car je ne correspond pas du tout à l'image que se font les gens du gros, celui qui ne bouge pas assez et / ou qui mange trop et surtout trop de choses trop grasses et sucrées. Comme je le disais je suis trop gros depuis tout petit, on m'a toujours rationné, je n'ai pas eu de bonbons, chocolats, viennoiseries et pâtisseries, boissons sucrées... et autres choses quand j'étais enfant à part occasionnellement à Noël Pâques et anniversaire. Je n'en ai pas pris par la suite non plus à part occasionnellement. Je ne grignote pas, je ne bois quasiment pas d'alcool (uniquement pour les obligations sociales, je n'aime pas ça), je ne fume pas, j'ai toujours eu une activité physique supérieure aux gens de ma classe d'âge à part les sportifs faisant des compétitions. J'ai toujours mangé beaucoup de légumes, contrairement aux autres de mon âge. Le seul sucre que je consomme -quotidiennement hors occasion spéciales dont je parlais- il provient des fruits et des produits laitiers et pourtant j'ai fini diabétique insulinorésistant, et super jeune. Bref donc amha il y a un problème comportemental quelque part et quelque chose dont je ne rends pas compte, ou bien un truc qui fonctionne mal. Donc si je laisse faire "à ma faim" comme vous dites ça ne va rien résoudre. Il y a un circuit de régulation conscient ou inconscient qui est pété quelque part.
  8. Aucune idée, je ne suis pas professionnel de santé. Des choses ont été dosées, mais je ne sais pas à quoi les trois quart servent.
  9. La montre a accès à mes données de taille, sexe, âge que j'ai rentré. Ensuite elle a accès aux données de fréquence cardiaque toute la journée, et à ma position GPS, donc y compris l'altitude et la vitesse. De là elle en conclut un profil de consommation énergétique. De ce que j'ai compris, quand la fréquence cardiaque est commandée par l'effort continu comme lors d'une marche rapide ou du vélo en endurance, la fréquence cardiaque est un bon indicateur de la consommation d'oxygène, et donc de l'oxydation des glucides lipides dont la proportion est déterminée à partir de la zone de fréquence cardiaque que la montre étalonne toute seule en fonction de la fréquence cardiaque au repos (qu'elle obtient pendant la nuit) et de la fréquence max déterminée par la formule 220-age. En revanche, en dehors des phases d'effort continu, la fréquence cardiaque n'est pas commandée par l'effort continu mais par d'autres paramètres comme les émotions, ou simplement le temps de latence de descente de la fréquence cardiaque après un effort anaérobie, d'où sûrement une surévaluation comme je disais de la consommation de ces périodes. D'ailleurs j'ai constaté que lorsque j'avais des hypoglycémies pendant que je promenais mon chien à 6km/h, il y avait à ce moment là une augmentation de 20 pulsations / minutes, alors qu'évidemment la consommation d'énergie n'avait pas augmenté par rapport à 30s avant. Et dans le même temps sur mon smartphone, je remplis sur l'application dédiée mes prises alimentaires, l'application ayant une base de données des compositions des différents aliments. Et du coup on m'indique que j'ai un déficit monstrueux, je comprends bien qu'il y a un problème dans l'évaluation de ma consommation énergétique à cause d'une majoration des phases d'activité faible et que donc la quantité de protéines qu'on m'indique est délirante. Cependant j'ai cherché les recommandations à divers endroits et on m'indique 0.83g/kg/ jour minimum (et de masse totale pas de poids idéal) pour une activité sédentaire. 1.2g/kg pour une activité sportive tous les jours, 1.5g/kg pour une perte de poids (et là ils précisent que c'est sur la masse idéale si l'IMC est trop forte), 2 à 3g/kg pour la prise de masse des sports de force. Naturellement je suis à 70g/jour selon la décomposition de mon apport. Ce qui correspond à un apport minimal à 0.83g/kg pour un poids de 83kg. Ce qui signifie que j'en mangerais suffisamment SI je me contentais de 30 minutes par jour d'activité et SI je faisais 34kg de moins. Donc j'en conclue que je suis en déficit. J'essaye de tabler désormais sur 150g par jour en ordre de grandeur, mais c'est complexe. 150g/jour ça fait 1.28g/kg de mon poids 1.67g/kg d'un poids cible à 90kg, et environ 20% de l'apport calorifique journalier. Et au bout de quelques mois je verrais bien si c'est ça. Pour ce qui est du poids idéal, c'est aussi pas très cohérent. Quand j'étais adolescent (1994) on me disait que c'était taille en cm -100, donc dans mon cas 83kg. Ensuite on m'a dit que 90kg pour ma morphologie ça serait bien (1996-1998), après il y eut la mode des IMC où on me disait qu'un poids idéal était une IMC de 20, c'est à dire pour ma taille 70kg, et que dans le pire des cas il fallait que ça soit moins que 25, donc 83kg (2000-2009). Désormais apparemment on est dans la mode des tours de taille et il faut moins de 94cm, comme j'ai remarqué que chez moi à chaque fois que j'ai mesuré mon tour de taille vaut mon poids, alors ça "ferait" 94kg. Sinon on trouve d'autres recommandations (américaines) apparemment qui tiennent compte des morphologies comme (taille en cm -100 + 4 * tour poignet)/2 soit dans mon cas 89.5kg. Ou des recommandations sur l'indice de gras, j'ai essayé avec une balance à impédance c'est n'importe quoi ça dépend trop de l'humidité des pieds, donc en prenant des formules qu'on trouve sur internet avec celle ci https://entrainement-sportif.fr/masse-graisseuse-calcul.htm j'ai 48% et je devrais avoir moins de 22% et moins de 34% pour ne pas être obèse, en revanche icihttps://www.calculersonimc.fr/calcul-img.html on me donne 34.7% et je devrais avoir moins de 20% et moins de 25% pour ne pas être obèse, et ici http://roman-mouvement.fr/calculer-votre-taux-de-masse-grasse/ j'obtiens 30% avec la formule US Navy ce qui colle aux photos et je devrais être sous les 20%. Bref que j'ai entre 10 et 15% de masse corporelle constituée de gras en trop, c'est à dire entre 10 et 17kg de graisse en trop. Sachant qu'en général on dit que tous les 3 kilos de perdus "correctement" on a 2kg de graisse et 1kg de muscle, j'ai donc entre 17kg et 25kg de trop, c'est à dire que mon poids idéal serait entre 92 et 98kg en fonction des formules.
  10. Bonjour, J'ai toujours de la metformine, j'en ai juste moins, actuellement 2*1g, j'étais à 3 avant. Pour la charge en glucides et graisses, j'ai déjà changé des choses. J'avais les recommandations de la nutritionniste de l'hôpital sur la quantité de glucides à manger à cause du basal bolus et j'avais dit sur un autre fil que je trouvais que ça faisait trop de féculents / pain pour moi, donc dès que je n'ai plus eu d'insuline j'ai diminué ces féculents. J'essaye de tourner depuis nouvel an autour de 40%-20%-40% de GPL en valeur énergétique, ça correspond aux bornes max de recommandation de l'ANSES pour les lipides, et le taux de proteines je l'ai obtenu en faisant 1.4g/kg de masse corporelle/jour ce qui correspond je pense à mon activité physique ( 5-7 fois le vélo par semaine, 18-22km de marche rapide avec le chien par semaine, 2-3 heures de tennis / tennis de table, + 5500 pas environ par jour en sus). Le niveau actuel d'apport calorifique correspond aux recommandations de l'hôpital il y a un an, or depuis j'ai rajouté du vélo (7000 kcal de consommées par semaine environ selon ma montre, donc même si c'est complètement foireux et que c'est la moitié en réalité, ça fait 500kcal de déficit par jour), donc je devrais perdre du poids. En fait ma montre m'indique que j'ai un déficit en protéines, ce que je n'avais jamais calculé avant et dont la nutritionniste ne m'avait pas parlé car c'était focalisé sur les glucides et les lipides, apparemment je tournais à 0.6g/kg/jour. Ce qui est cohérent avec ce que j'ai pu lire -mais quelle crédibilité ?- sur la perte de poids en même temps que la chute de Vo2max qui pourrait être du à un problème de récupération de l'organisme par manque de proteines. Donc en gardant le même niveau d'apport calorifique j'ai essayé de changer le rapport GPL. Le problème étant qu'à part si je ne mange que du blanc de poulet ou du thon, tous les autres aliments riches en protéines sont accompagnés de sel (donc pas bon pour la tension), de glucides (diabète), ou de lipides, donc j'ai choisi de mettre les lipides au max de la recommandation, en particulier en consommant plus d'amandes, noix ou pistaches qui contiennent des bons lipides selon la mode médicales et recommandations actuelles.
  11. wasabi80

    Froid et Diabète

    Moi quand j'étais sous insuline, ma température de confort s'était effondrée de 15 degrés environ. C'est à dire qu'avant la découverte du diabète j'avais froid en dessous de -5°C et chaud au delà de 20°C, après sous insuline j'avais froid en dessous de 10°C, et à 33-34°C je trouvais ça tout à fait confortable. Et depuis qu'on me l'a arrêtée, je suis revenu à ma zone de confort de -5/20, tout en étant toujours diabétique. J'ai demandé au diabétologue, et il m'a dit que l'insuline intervenait dans le circuit de régulation métabolique dont faisait partie la régulation thermique et qu'il n'était pas du tout étonné que ça puisse avoir une influence à ce niveau. deterrage de topic façon archéologie.
  12. Bonjour, Disons que je suis un peu gavé des médecins cette année, en l'espace de 15 mois j'ai été hospitalisé une semaine en diabétologie, après je suis allé 4 fois chez le diabétologue, 4 fois chez le généraliste, trois fois chez le cardiologue avec MAPA et test d'effort, plus encore l'ophtalmologue pour la rétinopathie alors que j'y étais allé juste avant de savoir que j'étais diabétique, plus encore le neurologue où on m'a dit que j'avais un début de polyneuropathie périphérique... J'ai de nouveau un rendez vous prévu chez le neurologue dans un mois et demi, plus l'ophtalmologue... Donc j'ai pas envie de me taper encore en plus un médecin du sport -sachant qu'à l'hospitalisation j'ai vu une fille de STAPS pour ça-, un nouveau nutritioniste -sachant qu'à l'hospitalisation j'en ai eu une que j'ai vu quasiment tous les jours-...
  13. Bonjour, Je me suis inscrit il y a environ un an, avais participé à quelques fils et ne suis pas revenu, j'ai une question et je ne sais pas trop où la poser donc je tente ma chance ici ;-) Donc on m'a diagnostiqué un diabète insulinorésistant à corps cétoniques en décembre 2017. J'avais 37ans est suis un homme. On m'a dit que si j'augmentais mon activité physique et que j'avais une meilleure condition physique avec plus de sport aérobie chaque jour, ça stabiliserait ma glycémie et pourrait diminuer mes médicaments. Pourtant de base je n'étais pas grossièrement déficient, je faisais grosso modo 7-8 000 pas en semaine par jour, 12 000 le week end, plus 2-3 heures de tennis ou de tennis de table par semaine. Mais j'étais et suis toujours en surpoids. Bref, je me suis mis à faire du vélo en endurance tous les jours. Au début j'avais un traitement basal 3 bolus, victoza et metformine. C'était assez dur car au bout de 25 minutes environ, signes visuels d'hypoglycémie, donc soit je devais m'arrêter 30 minutes, soit prendre 15cl de soda (pas le choix selon le diabétologue), donc pas de possibilité d'en faire beaucoup. Donc ce fut la période de ma vie où j'ai consommé le plus de sodas. C'est assez contradictoire ce truc, pour un diabétique insulinorésistant en surpoids... Bref, grâce au FSL mon diabétologue m'a diagnostiqué des hypoglycémies nocturnes, plus ces hypoglycémies à l'effort à l'insuline lente. Et comme il était bien d'accord que c'était pas top de faire du sport pour le diabète et de du coup devoir prendre du coca, grâce à ça je suis rentré dans une spirale de réduction des doses d'insulines et d'augmentation des doses de vélo jusqu'à ce qu'au mois de septembre dernier je n'ai plus d'insuline du tout (je suis passé de 12-6-8 en bolus et 18 en basal à plus rien en 9 mois), oui je sais c'est pas possible à cause des corps cétoniques, et pourtant.... On m'a même diminué mes doses de metformine. Alors j'ai suivi ça avec une montre cardio GPS que je me suis acheté après le passage chez le cardiologue. Donc je suis les informations sur les calories, la fréquence cardiaques, les kilomètres, le V02max... Et je constate que le V02max est cohérent avec celui du test d'effort chez le cardiologue. Lors de ma dernière visite chez le diabétologue je pensais qu'il allait encore diminuer mes doses, et ce fut le contraire, il m'a rajouté un médicament contre l'hypertension. Je m'imagine que vu que l'hb1ac est bien basse et stable, il s'attaque à un autre cheval... Le problème est que sans diabète ma tension serait considérée bonne, avec le diabète elle ne l'est plus... Et ça ça me plaît pas du tout, j'ai fait des effets secondaires à l'approvel, puis au coversyl, et maintenant j'ai de l'odrik auquel je n'ai encore rien eu. Et l'hypoglycémie c'est du petit lait en comparaison de ces effets secondaires là. Donc j'aimerais bien arrêter cette classe de médicaments. Pour l'HTA il faut perdre du poids et faire du sport, et c'est là qu'on en arrive à mes questions : j'ai mon indication de Vo2max et mon poids. Je constate que je n'ai perdu du poids que dans le mois suivant mon arrêt de l'insuline lente (mi juin mi juillet dernier, 10% de masse corporelle perdue environ), et que cette période a coïncidé avec une chute du vo2max alors que c'est quasiment le moment où j'ai fait le plus de sport. Donc je ne comprend pas car le vo2max est censé être un indicateur de mon état de forme métabolique (je parle de variation de plus de 20% pas des trucs marginaux). Ensuite j'ai repris du poids (5% de plus qu'au plus bas l'été dernier) et mon vo2max a ré-augmenté, alors que j'ai continué à me taper du vélo entre 5 et 7 fois par semaine entre 45min et 1h45min à 60% de réserve cardiaque en moyenne, y compris sous la pluie, la neige, par -5°C... Les données chiffrées, selon ma montre j'ai 59ml/kg/min de Vo2max et je suis dans le top 1% de ma classe d'âge. En valeur absolue je suis carrément à 6.8L ce qui fait de moi un champion olympique (oui sans déconner, ça me fait rire sûrement plus que vous encore). Et j'ai une hb1ac qui est depuis 9 mois entre 5.1 et 5.5 avec aucune hypoglycémie, donc comme quelqu'un de pas diabétique ni même prédiabétique (avec metformine et victoza ceci dit). Mon organisme consomme entre 4500 et 6000 Kcal en fonction des jours selon la montre (à mon avis les moments à faible activité physique sont surévalués) alors que je ne mange que 3300 -3500 en fonction des jours. Même si je me contente de rajouter à la consommation basale ma consommation en période de vélo et de marche rapide, je dépasse les 3500 kcal, donc plus que mes apports. Or dans le même temps j'ai une IMC de presque 35, donc pas du tout en bonne santé. J'ai fait un test de Ruffier Dickson et j'obtiens plus de 10 à chaque fois, donc très mauvaise adaptation à l'effort. Et j'ai pris du poids malgré un déficit calorique. Quelqu'un comprend tout ça ?
  14. Bonjour, En fait ce n'est pas vraiment des hypoglycémies au sens strict, je fais du vélo et je regarde le freestyle libre et quand je suis à moins de 75 avec une flèche qui descend je m'arrête, je monitore la chose sans resucrer, ça descend en général vers 65-70 pas plus bas et j'attend que ça soit remonté tout seul pour reprendre. Mon diabétologue m'a dit que c'était beaucoup mieux de n'absorber de la nourriture que trois fois par jour avec à chaque fois de l'insuline rapide, donc j'ai compris que resucrer c'est vraiment uniquement si on n'a pas le choix. Ceci dit tous les jours je promène mon chien sur environ 3-4km (voire 5-6 les week end) et je n'ai jamais eu d'hypoglycémies pendant la marche, en revanche à la fin de la promenade et uniquement au moment où je m'arrête j'ai des troubles de la vision et une glycémie entre 70 et 80 à ce moment là. Et le week end je fais 3 heures de tennis de table loisir et là aussi pas de problème ni pendant ni après. En revanche aux beaux jours normalement je remplace le tennis de table par du tennis et là je me demande ce qui se passera. 30 minutes de vélo par jour c'est ce que j'ai rajouté par rapport à avant la découverte du diabète. J'ai toujours été musclé en plus d'avoir de la masse grasse et un squelette conséquent. Mes muscles sont déjà développés et ils ont fondu un peu l'été dernier, je me demandais pourquoi et pendant mon hospitalisation ils se sont regonflés, ça devait être les réserves en glycogène qui se sont reconstituées et qui n'y arrivaient pas à cause du diabète. C'est mon interprétation en tout cas. ok l'insuline est mieux utilisée grâce au sport. Mais ce qui m'étonne est que ça se fasse tout de suite dès la première activité sportive et que ça ne soit pas une accoutumance progressive. Ou alors est ce que le mécanisme est que les cellules musculaires sont plus sensibles à l'insuline que les cellules graisseuses et que si je fais du sport, je vide les réserves de mes muscles qui du coup deviennent sensibles à l'insuline et reconstituent leurs réserves pendant l'effort, alors que sans faire cet effort les cellules graisseuses ne voient pas un niveau d'insuline suffisant dans le sang pour se mettre à prélever le glucose et constituer des réserves de triglycérides ?
  15. Bonjour, Je suis resté correct et ai même rajouté dès le message d'origine une précision selon laquelle la remarque était liée à la compétence des professionnels de santé que j'ai vu, afin que justement ma remarque ne soit pas mal interprétée. En effet depuis que j'ai été diagnostiqué il y a trois mois, j'ai vu plusieurs professionnels de santé (infirmières, généralistes, diabétologues, internes, médecins urgentistes, cardiologues, ophtalmologues...), et il y a des variations entre leurs versions assez significatives.
×