Aller au contenu

Bienvenue sur le forum de l'association des femmes diabétiques. Besoin d'aide ?

  • Je n'arrive pas à me connecter ! Si vous êtes déjà inscrit, et que votre inscription est bien validée, il suffit de réinitialiser votre mot de passe (avec l'adresse mail valide qui a servi lors de votre inscription), et de vous connecter à nouveau.
  • Je me suis inscrite, mais je n'ai pas reçu de mail de confirmation ! Vous devez vous inscrire sur ce forum (indépendant de la boutique). Pensez également à vérifier dans votre dossier spam. Si vous ne voyez rien, dans ce cas une seule solution : contactez-nous !
  • Si vous souhaitez adhérer à l'association cliquez ici (cette démarche n'est pas indispensable pour profiter d'une partie du forum).

nat

Membre
  • Compteur de contenus

    13
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

0 Neutre

À propos de nat

  • Rang
    Membre débutant
  • Date de naissance 21/04/1979

Profil de membre

  • Type de diabète
    type 1
  • Ville
    Paris 12
  1. N'importe quelle femme peut se retouverr "allongée", mais le diabète en lui-même ne provoque pas ce type de situation comme elles te l'ont dit. C'est normal d'être angoissée quand on pense à tout ça, même si on l'a aps encore vécu, on sent que être enceinte et devoir accueillir au monde une vie est très important et que rien ne sera plus jamais comme avant (mais je te rassure, on n'arrive pas non plus à imaginer quel miracle et quel bonheur c'est de tenir dans ses bras son bébé). Essaie de trouver des sites de futures mamans "en libéral" et rien ne t'empéche d'appeler l'assistante sociale de la PMI pour savoir ce qu'il se passe en cas d'arrêt prolongé et quelles aides existent. J'ai eu deux grossesses : une où j'étais très en forme et l'autre où j'étais plutôt mal. Dans les deux cas, j'ai été arrétée deux semaines avant la date prévue par le congé patho et quelques jours de temps en temps. Question stress au boulot, enceinte j'en avais plus rien à faire : le centre du monde était dans mon ventre et le reste glissait (je suis même intervenue dans un colloque trois jours avant mon arrét de fin de grossesse sans aucun trac, je sentais juste Anna qui bougeait comme une folle dans mon ventre quand l'intervenant d'avant parlait et j'essayais de la calmer avec ma main en me disant qu'elle allait m'appuyer sur le diaphragme... Pas de 4g, et aucune conscience qu'il y avait 800 personnes en face). Après la grossesse, pour une diabétique en plus, ce n'est pas rien. J'avais l'impression d'une responsabilité énorme et en même temps je crois que j'ai été pour la première fois vraiment fière de moi. Après, entre ce petit être qui grandit en toi et le did à gérer, tes envies et tes besoins changent : tu peux te retrouver entre quatre murs et serrer les dents. C'est un peu comme un don de toi pour un autre (être déjà maman quoi !). Et puis, tu sens le bébé, tu peux le caresser, lui dire que t'en ch.. mais que tu as tellement envie de le voir. Tu peux aussi dessiner des trucs pour sa chambre etc... Tu n'es plus seule chez toi mais seulement à moitié. Bon, je sais pas si ça t'aidera, mais c'est bien que tu penses à tout ça maintenant, c'est aussi une manière de se préparer.
  2. Pire hyper : 3,90 avec pobléme de cathé, donc pas mal de temps pour "redescendre" et pire hypo, je ne sais pas, j'ai fait un coma de 4h d'où j'ai fini par émerger. J'étais seule avec une gastro. Je pense que je devais être très basse. Pire hypo connue 0,21. Mes bébés n'ont pas eu de complication à la naissance
  3. Bonjour à toutes

    Merci à toutes
  4. Et l'anniversaire de votre diabète ?

    19 janvier 1991. Prise de sang le matin "à jeun", après petite galette des rois. Et puis l'après-midi (c'était un samedi), on est allée au super-marché avec ma mère. Je me souviens encore que j'étais comme une droguée dans le rayon eau, du style : on essaie celle-là ! J'étais à un litre/heure, je devenais une vraie pro. Et puis on est rentrée, j'avais soif, ma mère m'a pressé des oranges sanguines. Je regardais la couleur du jus dans mon verre quand le téléphone a sonné. Ma mère a pali et s'est mise à pleurer. Les yeux dans mon jus d'orange rouge, je me suis dit que j'avais un truc grave et que j'allais mourir. Elle m'a dit de sauter dans la voiture direction la généraliste qu'on a trouvé elle aussi en pleurs. A 19h, j'arrivais aux urgences, toujours persuadée que je n'aurai jamais 12 ans... Et puis le temps passe, j'ai 30 ans, deux beaux petits, mais chaque 19 janvier, j'ai un petit noeud dans la gorge et pour consoler et rassurer cette petite fille de 11 ans qui est un peu là ce jour précis, je me tape une petite galette.
  5. Je fais remonter le post parce que ça me semble très important : à mon avis il faut aller aux urgences ! J'ai eu une gastro en décembre (enceinte de 6 mois), vomissements et.... plus rien. Je me suis réveillée 4 heures plus tard, par terre et à 0,25 avec en plus de l'acétone. Je n'arrivais même pas à garder le coca. J'ai eu énormément de chance et mon bébé aussi, nous n'avons pas eu de séquelles. Bon, deux jours d'hosto... Si j'avais su je serai allée aux urgences dès les premiers symptômes. Un mois plus tard, regastro sans vomissements : et ben hypo quand même parce que, au lieu de digérer, j'évacuais par ailleurs. Les filles, n'hésitais pas à en parler avec votre diabéto au cas où pour savoir quoi faie et ne restait pas seule en cas de gastro. Pendant la grossesse, le taux de sucre a tendance à chuter +++ .
  6. Bonjour à toutes

    J'ai connu le site via doctissimo et j'avais vu une affiche à Saint Vincent de Paul où j'ai été suivie pour mes deux grossesses. Et toi Isabelle, tu as accouché où ? Pour mon did je suis suivie à Saint Joseph.
  7. Bonjour à toutes

    J'habite à Paris dans le XII et je suis en congé parental jusqu'en janvier. Sinon, je travaille, mais pour l'instant je pouponne
  8. Bonjour à toutes

    J'ai 30 ans et je suis did de type 1 depuis l'âge de 11 ans, sous pompe. Je suis aussi maman (d'où ma venue sur ce forum) d'une petite de deux ans et demie et d'un bébé de 4 mois que j'allaite. Souvent seule avec mes deux loulous ( mon mari est souvent en déplacement), c'est un peu dur, surtout quand le diabéte est déséquilibré. Je viens sur ce forum pour pouvoir partager parce que dans mon entourage, je n'ai pas l'impression qu'ils arrivent à compendre. J'ai aussi envie d'un bébé 3 un jour tout en me disant que je n'en aurai plus, que c'est trop risqué, trop compliqué. Bon, ben voilà
×