Aller au contenu

Bienvenue sur le forum de l'association des femmes diabétiques. Besoin d'aide ?

  • Je n'arrive pas à me connecter ! Si vous êtes déjà inscrit, et que votre inscription est bien validée, il suffit de réinitialiser votre mot de passe (avec l'adresse mail valide qui a servi lors de votre inscription), et de vous connecter à nouveau.
  • Je me suis inscrite, mais je n'ai pas reçu de mail de confirmation ! Vous devez vous inscrire sur ce forum (indépendant de la boutique). Pensez également à vérifier dans votre dossier spam. Si vous ne voyez rien, dans ce cas une seule solution : contactez-nous !
  • Si vous souhaitez adhérer à l'association cliquez ici (cette démarche n'est pas indispensable pour profiter d'une partie du forum).
  • Veuillez garder à l'esprit que lorsque vous vous inscrivez, vous n'aurez accès à l'intégralité du forum qu'après votre participation ! (Certains forums ne sont proposés qu'aux adhérentes et adhérents).
  • Enfin, n'oubliez pas de consulter notre politique de confidentialité, conforme aux exigences du RGPD.
pounine

Alcoolisme parental et maladie chronique de l'enfant

Messages recommandés

Un post qui ne donnera peut-être rien mais en regardant ARTE Thema ce soir sur la question de l'alcool, je me dis qu'il peut être utile d'écrire un peu là dessus.

 

Je crois que nombre de patient(e)s diabétiques, notamment lorsqu'ils/elles étaient enfants, ont fait face à l'alcoolisme d'un père, d'une mère ou peut-être d'un autre proche. L'alcoolisme d'un parent peut avoir tellement de causes, issue de l'histoire personnelle des parents notamment. Comment savoir ce qui a déclenché cette maladie ?

L'idée n'est pas de faire témoigner sur les difficultés rencontrées de la vie quotidienne mais peut-être plutôt de prendre date que notre maladie a peut-être, je dis bien peut-être, été un facteur complémentaire à l'alcoolisme. Ou peut-être de voir son enfant malade, je ne sais pas.

Comment se protéger en tant qu'enfant ? Serons-nous un jour touché(e)s ? Quelles sont les causes? Comment accompagner ? Quel ouvrage éventuel lire ? Que disent les diabétologues et/ou psy sur le sujet ?

Modifié par Agnès
modification du titre, encore susceptible de modification

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Zut, pas vu ce Thema ce soir, je vais tenter un replay pour me faire une idée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 17 minutes, pounine a dit :

Je crois que nombre de patient(e)s diabétiques, notamment lorsqu'ils/elles étaient enfants, ont fait face à l'alcoolisme d'un père, d'une mère ou peut-être d'un autre proche. L'alcoolisme d'un parent peut avoir tellement de causes. Comment savoir ce qui a déclenché cette maladie ?

Ça me gêne un peu ce que tu écris là... Les parents d'enfants diabétiques plus que les autres ? C'est ce qui a été dit dans le reportage? 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je n'ai rien compris :blonde:

Jamais entendu que des parents d'enfants diabétiques étaient alcooliques... 

Et nous, on serait touché par quoi ou pourquoi ? Pourquoi les diabétos diraient quelque chose ?

:grat: 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Lounche : Ah non, ce n'était pas le sujet du reportage, pas du tout ! Le sujet portait sur la dépendance à l'alcool, de manière générale. Et sur les conséquences de la dépendance à l'alcool d'un parent sur leurs enfants.

Alors je précise : au fil de discussions avec des diabétiques, hommes ou femmes d'ailleurs, j'ai régulièrement constaté que pas mal d'entre eux avaient eu, à un moment ou à un autre, un parent dépendant à l'alcool. Et je trouve la coïncidence troublante, c'est tout. Ma théorie (absolument non scientifique) : la souffrance de voir son enfant malade ne favoriserait-elle pas le fait de boire un coup ? Pour calmer la douleur ? Ce n'est pas le diabète, plutôt la maladie de l'enfant.

Suis-je plus claire :idea:?

 

Suis fatiguée, ca ne doit pas aider !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sujet intéressant, j'espère avoir l'occasion de regarder l'émission un jour.

il y a 55 minutes, pounine a dit :

Alors je précise : au fil de discussions avec des diabétiques, hommes ou femmes d'ailleurs, j'ai régulièrement constaté que pas mal d'entre eux avaient eu, à un moment ou à un autre, un parent dépendant à l'alcool. Et je trouve la coïncidence troublante, c'est tout. Ma théorie (absolument non scientifique) : la souffrance de voir son enfant malade ne favoriserait-elle pas le fait de boire un coup ? Pour calmer la douleur ? Ce n'est pas le diabète, plutôt la maladie de l'enfant.

+1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je trouve cela très culpabilisant comme démarche d'associer notre maladie à une éventuelle dépendance de nos parents...

Tout d'abord, comme tu le soulèves, c'est juste une interprétation personnelle face à des personnes que tu connais, et non une étude scientifique. De là, je dirais que peut être qu'en tant que malades chroniques, on est plus sensibles à voir les difficultés de nos proches, que peut être on parle plus facilement de nos problèmes, et encore plus sur ce forum qui offre un certain anonymat.

Ensuite, je ne suis arrivée qu'à la fin du thema, et ils parlent clairement d'un terrain génétique pour la dépendance à l'alcool. 

Voilà entre autres pourquoi je refuse qu'un tel lien soit fait avec notre maladie chronique. J'aimerais d'ailleurs que l'on change le titre de ce sujet.

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je rejoins un peu lounche sur le sujet.  Je pense que les confidences sont peut être plus faciles et de ce fait on a tendance à plus parler des problèmes de famille. Ce qui est intéressant de savoir est combien de personnes sont touchees par un proche qui a un problème avec l'alcool diabetique ou non et je suis sûre qu'on trouverait les mêmes résultats. Par ailleurs, il est effectivement possible que certains se réfugient dans l'alcool après l'annonce d'un cas de diabète chez leur enfant comme exutoire mais dans ce cas, on peut dire pareil pour n'importe quelle maladie chronique ou long terme, handicap, accident, décès etc etc. Le lien me paraît tout de même mince entre diabète et alcoolisme familial. Peut être aussi car je ne suis pas concernee pour le coup..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ne serait-ce pas que l'alcoolisme est très répandu?

mon père l'est, depuis que je suis enfant, et je n'ai déclaré mon diabète qu'à 25 ans. dans le cas de mon père, c'est clairement dû à des manques affectifs dans son enfance...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pfui, je ne pensais pas que ca soulèverait autant de problème ce post ! Et puis je suis loin d'être spécialisée sur le sujet :epaules:

Alors oui :

1. C'est sur que la maladie est hyper répandue et il est évident que ce n'est pas parce qu'un enfant est diabétique qu'un parent devient alcoolique. Bien sur qu'il y a une histoire personnelle derrière. Et je plussoie avec @caro2503, qui a bien mieux exprimé que moi le fond de ma pensée

il y a une heure, caro2503 a dit :

 Par ailleurs, il est effectivement possible que certains se réfugient dans l'alcool après l'annonce d'un cas de diabète chez leur enfant comme exutoire mais dans ce cas, on peut dire pareil pour n'importe quelle maladie chronique ou long terme, handicap, accident, décès etc etc.

2. Je parlais de diabète parce que c'est la seule maladie chronique à mon actif. Je ne connais pas les données scientifiques sur le lien "maladie chronique des enfants et alcoolisme"

3. Il y aurait une prédisposition génétique effectivement. De là à dire que les enfants concernés développeront la maladie, c'est extrapoler trop vite à mon goût. Ce serait comme dire que nous mamans DID on aura des enfants DID.

Je ne pensais pas que ca soulèverait tant de difficultés. :epaules: Le post n'a pas pour but de culpabiliser mais plutôt mettre des mots sur ce que certain(e)s vivent ou ont vécu. L'alcoolisme est une maladie que l'on cache souvent, parce qu'elle a un côté honteux. Alors si ca peut en aider certain(e)s à se sentir moins seul(e)s, j'assume. Le diabète bouleverse la vie, quelque soit notre âge, et l'équilibre familial, de couple.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
à l’instant, pounine a dit :

Ce serait comme dire que nous mamans DID on aura des enfants DID.

:larmes:

Chaque individu est différent face aux difficultés qu'il rencontre...

Heureusement, car tout serait tracé et ce serait :horreur:.

Mes parents ont fait abstraction de mon DID et m'ont laissé gérer "comme une grande", c'est mieux que de "tomber" dans l'alcool mais cela à eu des répercutions sur ma vie.

Nous on essaye de faire au mieux pour qu'Ana soit une petite fille épanouie et heureuse, mais y arrivons nous... Quelles répercutions notre comportement aura sur sa vie futur...

Le tout (et maintenant je trouve que cela est + facile) c'est de ce faire aider au mieux, quelques que soient les problèmes rencontrés et le plus tôt est le mieux!!!

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le titre est effectivement mieux. Je pense qu'on voit ce que tu voulais dire Pounine, il est vrai que toute annonce de maladie chronique entraîne un bouleversement au sein de la famille. Non seulement pour la personne malade, mais aussi pour l'entourage. Tout le monde ne va pas réagir de la même façon face à cette annonce, certains vont surprotéger leurs enfants, d'autres vont moins s'impliquer pour les laisser être autonomes, et puis certains vont tomber dans l'addiction (souvent il y a effectivement déjà une prédisposition génétique dans le cas de l'alcoolisme). Mais ça peut-être une addiction à l'alcool, au tabac, au sport, au boulot...bref chacun son truc!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi le sujet (ou le pavé dans la mare), ne me touche pas personnellement par rapport à l'alcool mais d'avantage par le fait qu'être parent d'un enfant malade c'est dur. Et que ces épreuves, chacun y réagit comme il peut, avec son histoire personnelle, sa sensibilité, son psychisme, sa possibilité à se faire aider au moment du diagnostic... C'est peut être dans tous ces facteurs que se détermine le passage à l'addiction / la dépression. Certains sont peut être plus résistants que d'autres et font de la maladie de leur enfant une force mais quoi qu'il en soit l'équilibre familial est mis à rude épreuve. C'est comme nous DID, pourquoi certains vivent bien avec leur diabète alors que d'autres rameront toute leur vie pour l'accepter et essayer de vivre avec...

Alors oui moi ça me choque pas de penser que des parents d'enfants malades tombent dans des addictions non pas à cause de l'enfant mais peut être par désespoir, par culpabilité, par faiblesse. J'apparente aussi cela à la dépression qui peut faire autant de dégâts que les addictions. 

Dans la société actuelle, une place monumentale est accordée à la normalité. Quel poids (culpabilité) pour le parent d'avoir un enfant malade... Certaines civilisations prennent les enfants malades comme des cadeaux de Dieu / du ciel... Notre société s'en est bien éloignée. 

Ce sujet me touche d'autant plus qu'on est sur le point de diagnostiquer une maladie chronique à mon enfant... Peut être que l'âge du diagnostic joue aussi: pas les même répercussions à 3 ans qu'à 15 ans sur la cellule familiale...

  • J'aime 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 11 minutes, Edelweiss a dit :

Moi le sujet (ou le pavé dans la mare), ne me touche pas personnellement par rapport à l'alcool mais d'avantage par le fait qu'être parent d'un enfant malade c'est dur. Et que ces épreuves, chacun y réagit comme il peut, avec son histoire personnelle, sa sensibilité, son psychisme, sa possibilité à se faire aider au moment du diagnostic... C'est peut être dans tous ces facteurs que se détermine le passage à l'addiction / la dépression. Certains sont peut être plus résistants que d'autres et font de la maladie de leur enfant une force mais quoi qu'il en soit l'équilibre familial est mis à rude épreuve. C'est comme nous DID, pourquoi certains vivent bien avec leur diabète alors que d'autres rameront toute leur vie pour l'accepter et essayer de vivre avec...

Alors oui moi ça me choque pas de penser que des parents d'enfants malades tombent dans des addictions non pas à cause de l'enfant mais peut être par désespoir, par culpabilité, par faiblesse. J'apparente aussi cela à la dépression qui peut faire autant de dégâts que les addictions. 

Dans la société actuelle, une place monumentale est accordée à la normalité. Quel poids (culpabilité) pour le parent d'avoir un enfant malade... Certaines civilisations prennent les enfants malades comme des cadeaux de Dieu / du ciel... Notre société s'en est bien éloignée. 

Ce sujet me touche d'autant plus qu'on est sur le point de diagnostiquer une maladie chronique à mon enfant... Peut être que l'âge du diagnostic joue aussi: pas les même répercussions à 3 ans qu'à 15 ans sur la cellul

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 29 minutes, Edelweiss a dit :

le fait qu'être parent d'un enfant malade c'est dur. Et que ces épreuves, chacun y réagit comme il peut, avec son histoire personnelle, sa sensibilité, son psychisme, sa possibilité à se faire aider au moment du diagnostic... C'est peut être dans tous ces facteurs que se détermine le passage à l'addiction / la dépression.

Franchement, je crois que mon diabète a plus touché ma mère que moi, et c'est plus les réactions de ma mère qui m'ont fait du mal que la maladie elle même.
Elle n'est pas alcoolique mais constamment déprimée et triste. En plus, ma petite soeur qui a 15ans de moins que moi et elle aussi DID, le cauchemar continue pour elle, elle se sent responsable de notre maladie est répète sans cesse qu'elle "a tout raté". Cela dit l'ITF a changé sa vie a elle aussi, c'est beaucoup moins complexe de mener une vie normale maintenant qu'il y a 15ans.

Je suis totalement convaincue de la nécessité d'un soutien psychologique pour les parents, autant voir plus que pour les diabétique eux même. Les parents se sentent coupables et les enfants sont des éponges.
A chaque fois que je vais à des réunions de l'AJD, c'est le mur des lamentations des parents, on dirait que leur vie s'est terminé avec le diabète de leur enfant, et ces mêmes enfants qui restent côté à leur taper sur l'épaule en disant que ce n'est pas grave (j'imagine que tous les parents ne sont pas comme ça, heureusement !).

L'alcool peut surement être un échappatoire quand on se sent coupable de la situation de son enfant, cela dit, selon ma propre expérience (deux de mes oncles sont morts du mélanges alcoolismes/tabagismes, et aucun enfant malade a leur actif), je pense que la maladie chronique d'un enfant ne peut pas être à elle seule responsable de ce mal être, c'est toute la vie qui est responsable, et les mauvaises habitudes qu'on a acquis au cours de celle ci (que ce soit l'alcool ou n'importe qu'elle autre addiction), le diabète n'est qu'un autre caillou au tableau...
Mais bon, je ne suis pas non plus un spécialiste de la question. Je reste par contre convaincu du profond désarroi des parents face à la maladie de leurs enfants, et du besoin d'un soutien professionnel !

  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je précise que je n'ai pas du tout mal pris le questionnement initial :) qui me semble assez légitime.

l'alcool et les problématiques de dépendance, c'est cependant assez particulier (oralité, remplissage pour combler un manque, d'après ce que je crois comprendre). personnellement je penserais plutôt que la maladie chronique des enfants peut créer de la dépression parentale, de la tristesse, de la culpabilité, mais pas forcément de l'addiction. l'addiction viendra peut-être en sus s'il y a un terrain affectif favorable à cela (outre une composante génétique, là j'avoue que je n'y connais rien), mais disons que l'alcoolisme (cf l'anorexie, la boulimie) me semble s'inscrire dans des parcours personnels assez particuliers: la dépendance pourra être activée, réactivée ou accrue par une difficulté de la vie, mais elle correspond à un schéma intime, j'ai l'impression.

Modifié par nanou4
  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Eh bien voilà un sujet qui mérite d'être évoqué... la maladie chronique de l'enfant , comme dit Edelweiss entraîne de la culpabilité, mais beaucoup de  peur et surtout bouleverse l'équilibre, à trois ans, comme à 17 pour ma famille. Mais la vraie force que nous avons, nous parents diabétiques, c'est d' être déjà des "connaisseurs". C'est salutaire.

Je ne crois pas que l'annonce d'une maladie de son enfant déclenche des addictions, elles sont larvées.....et trouvent une 'justification" .

Bon ben ceci dit, c'est l'heure,  je vais m'en griller une avec un bon petit whisky et en trinquant à votre bonne santé à tous!!!:mrgreen:

 

  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
à l’instant, Agnès a dit :

Mais la vraie force que nous avons, nous parents diabétiques, c'est d' être déjà des "connaisseurs". C'est salutaire.

Oui tout à fait d'accord avec toi Agnès!

Quand à la culpabilité elle est différente, ce n'est pas la même, on a pas peur de mal faire, de la laisser partir deux jours en classe cirque, de déplacer des montagnes pour qu'elle fasse comme tout le monde, de prendre des décisions sur le changement de sa basale ou de son bolus..., mais elle est SUPER envahissante car nous avons pris la décisions de faire des enfants en toute connaissance de cause (en tout cas pour ma part...), même si je ne regrette rien, je ne peux m'empêcher de me projeter dans quelques années et qu'elle nous en veuille, ça j'aurai du mal à l'encaisser (je me suis faites aider mais...)

à l’instant, Agnès a dit :

Je ne crois pas que l'annonce d'une maladie de son enfant déclenche des addictions, elles sont larvées.....et trouvent une 'justification" .

@AgnèsJe te rejoins là dessus aussi!

à l’instant, Agnès a dit :

Bon ben ceci dit, c'est l'heure,  je vais m'en griller une avec un bon petit whisky et en trinquant à votre bonne santé à tous!!! :mrgreen:

Je ne fume pas et je ne bois pas de whisky mais je te rejoins pour boire un petit rosé pamplemousse! Mon :amour: ne bois pas d'alcool, je ne bois pas seule, aucun plaisir, mais dès que je peux trouvé un(e) copain(ine), j'en profite :mdr: !!!

Modifié par lili22

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 15 heures, Agnès a dit :

Je ne crois pas que l'annonce d'une maladie de son enfant déclenche des addictions, elles sont larvées.....et trouvent une 'justification" 

Oui , je suis d accord avec toi :yes:

Et il est important de sortir du triangle "bourreau coupable sauveur" pour ne pas prendre la culpabilité que l autre envoie. Pas facile. Et vital !!!

:calin:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les enfants ne seront jamais responsables (ni directement ni indirectement) des addictions de leurs parents. On peut réagir de plusieurs façons à ce qui nous arrive et c'est un choix qui nous revient. Si notre réponse c'est de nous réfugier dans l'alcool, il faut en prendre la responsabilité pleine et entière, quand bien même on aurait plein de circonstances atténuantes. En aucun cas la situation de l'enfant est une raison qui aurait poussé x ou y à une addiction. Face à cette même nouvelle, tout le monde ne tombe pas dans l'alcoolisme ! Pas de cause à effet donc. La cause est interne au parent (façon de gérer son émotion, difficulté à s'affirmer, souffrances diverses,...).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 20/04/2016 à 14:22, Edelweiss a dit :

Ce sujet me touche d'autant plus qu'on est sur le point de diagnostiquer une maladie chronique à mon enfant... Peut être que l'âge du diagnostic joue aussi: pas les même répercussions à 3 ans qu'à 15 ans sur la cellule familiale...

C'est HS mais @Edelweiss, il y a parfois des choses qu'on peut aimer relire parce qu'elles ne se sont pas produites :smack:. Des bisous à toute la famille

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×