Aller au contenu

Bienvenue sur le forum de l'association des femmes diabétiques. Besoin d'aide ?

  • Je n'arrive pas à me connecter ! Si vous êtes déjà inscrit, et que votre inscription est bien validée, il suffit de réinitialiser votre mot de passe (avec l'adresse mail valide qui a servi lors de votre inscription), et de vous connecter à nouveau.
  • Je me suis inscrite, mais je n'ai pas reçu de mail de confirmation ! Vous devez vous inscrire sur ce forum (indépendant de la boutique). Pensez également à vérifier dans votre dossier spam. Si vous ne voyez rien, dans ce cas une seule solution : contactez-nous !
  • Si vous souhaitez adhérer à l'association cliquez ici (cette démarche n'est pas indispensable pour profiter d'une partie du forum).
crumble

Sport sur ordonnance

Messages recommandés

crumble    1 342

Bonjour

Certaines sont instit, prof, etc .... et surement assurées par la Maif

J ai lu cette info récemment. Le saviez vous ? C est valable pour les Did type 1 et 2. Ca peut etre un bon moyen dz reprendre sereinement une activité sportive !

 

https://www.maif.fr/particuliers/sante-prevoyance/sport-sur-ordonnance.html?xtmc=Sport_ald&xtcr=1

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pounine    1 663

@crumble : Je rebondis sur tes propos en lisant un mail de l'AFD :

Depuis le 27 novembre, les médecins traitants peuvent prescrire des activités physiques adaptées (APA) pour des patients atteints d’une affection de longue durée.
Des décrets d’application devraient bientôt préciser vers quel(s) intervenant(s) les personnes souffrant d’une maladie chronique seront orientées pour leur prise en charge.
À l’heure actuelle, les personnes peuvent être prises en charge sans qu’aucune précision, ni distinction ne soit faite ou donnée aux patients :
- Soit par des intervenants STAPS APA-S formés spécifiquement, en 3 ans, sur les différentes pathologies et les APA à mettre en place.
- Soit par des intervenants formés en seulement 20h à 70h sur les différentes pathologies et les APA à mettre en place.
Afin de leur permettre de faire un choix éclairé, il est essentiel que les patients puissent identifier, parmi tous les professionnels du Sport, les compétences & spécificités des Professionnels en APA.

Une pétition est également en train de tourner : https://www.change.org/p/monsieur-le-pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A9publique-fran%C3%A7aise-fran%C3%A7ois-hollande-monsieur-le-premier-ministre-manuel-valls-madame-la-ministre-des-affaires-sociales-de-la-sant%C3%A9-et-des-droits-des-femmes-mari-sport-sant%C3%A9-sport-sur-ordonnance-la-formation?recruiter=91028558&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink.

Je n'ai pas regardé le détail de cette pétition.

Aux modos : je renomme le post pour qu'on regroupe toutes les remarques sur le sujet ici.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabienne    2 844

:up:  Les personnes atteintes d’une Affection Longue Durée (par exemple le diabète de type 1 et de type 2)  pourront se voir prescrire une Activité Physique Adaptée (APA) par leur médecin traitant à partir du 1er mars 2017, suite à un décret de décembre 2016 qui pose les modalités d'application de la mesure dite du "sport sur ordonnance".

L’APA pourra être dispensée par des professionnels de santé (masseurs-kinésithérapeutes, ergothérapeutes*, psychomotriciens…) ou par des professionnels diplômés dans ce domaine. Ces professionnels transmettront périodiquement un compte-rendu sur le déroulement de l’activité au médecin prescripteur, ainsi qu’au patient.

La natation, l’aquagym, la gymnastique d’entretien, le vélo, le badminton, la marche, le vélo, les jeux de ballons ou raquettes sont parmi les activités qui peuvent être proposées en fonction des préférences du patient, dans la mesure de sa condition physique et dans le respect de la prescription médicale.

Certaines collectivités pratiquent déjà le sport sur ordonnance depuis plusieurs années. C’est le cas de Strasbourg, ou encore de la ville de Blagnac où, depuis 2013, 74 patients concernés ont pu faire 2 séances d’une heure d’activité physique par semaine pendant un an, avec un encadrement individuel ou en petits groupes. La majorité des personnes sorties du dispositif continuent une activité physique.


Si cette information vous intéresse, il doit exister un ou plusieurs professionnel(s) formé(s) près de chez vous (voir par exemple la fédération « Sport pour tous », Siel Bleu, EPGV). 

 

Plus d'explications ici par exemple (article copié/collé ci dessous) : http://www.valerie-fourneyron.fr/actualites/le-sport-sur-ordonnance-officiellement-en-vigueur-a-partir-du-1er-mars-2017.html

Citation

Le « Sport sur Ordonnance » officiellement en vigueur à partir du 1er mars 2017

2 janvier 2017 à 20:18
Le « Sport sur Ordonnance » officiellement en vigueur à partir du 1er mars 2017

 Avec mes collègues députés Brigitte BOURGUIGNON (Pas-de-Calais), Pascal DEGUILHEM (Dordogne) et Régis JUANICO (Loire), nous avons salué la publication au Journal Officiel du décret n° 2016-1990 du 30 décembre 2016 relatif aux conditions de dispensation de l’activité physique adaptée prescrite par le médecin traitant à des patients atteints d’une affection de longue durée.

Ce texte, qui entrera en vigueur au 1er mars 2017, précise la qualité des intervenants et les modalités d’application du dispositif communément appelé « Sport sur Ordonnance », permettant ainsi à cette pratique qui a fait ses preuves sur le terrain de s’affirmer toujours plus comme une thérapeutique non-médicamenteuse efficace et reconnue pour améliorer la prise en charge des patients.

Le décret a été pris en application de l’article 144 de la loi n°2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation du système de santé, lequel avait été introduit par un amendement parlementaire que nous avions porté tous les quatre. Faire du sport un outil de santé publique est un véritable cheval du bataille pour moi. C’est un combat que j’ai porté avec la même conviction au Gouvernement et sur les bancs de l’Assemblée nationale, et un sujet que j’ai traité à de multiples reprises dans ces pages, notamment pour raconter l’aventure législative qui a abouti aujourd’hui à ce décret. Les différents épisodes de la saga sont relatés ici, ici, ici pour la 1ere lecture à l’Assemblée, ici pour le rebondissement au Sénat, et enfin ici, ici et ici pour la conclusion.

En France, près de 10 millions de personnes souffrant d’une des trente affections de longue durée (ALD) reconnues (diabète, maladies coronariennes ou neurologiques, cancers, etc.) sont concernées par cette mesure.

Le décret prévoit que, dans le cadre du parcours de soins des patients atteints d’une ALD, le médecin traitant pourra désormais prescrire, en accord avec le patient et au vu de sa pathologie, de ses capacités physiques et du risque médical qu’il présente, une activité physique adaptée. Le patient pourra ainsi adopter un mode de vie physiquement actif sur une base régulière permettant de réduire significativement les facteurs de risque et les limitations fonctionnelles liés à l’ALD dont il est atteint.

Le texte précise les conditions dans lesquelles sont dispensées ces activités physiques adaptées et prévoit les modalités d’intervention et de restitution des informations au médecin traitant. Il définit également les catégories d’intervenants pouvant dispenser une activité physique adaptée, qu’il s’agisse des professionnels de santé (masseurs-kinésithérapeutes, ergothérapeutes et psychomotriciens), des professionnels titulaires d’un diplôme dans le domaine de l’activité physique adaptée, ou des professionnels et personnes qualifiées (éducateurs sportifs diplômés ou enregistrés au répertoire national des certifications professionnelles, éducateurs sportifs titulaires d’un titre à finalité professionnelle ou d’un certificat de qualifications, titulaires d’une certification, délivrée par une fédération sportive agréée). Cette catégorisation permettra de garantir la sécurité optimale des patients dans la mise en œuvre des activités physiques adaptées.

Nous saluons l’aboutissement positif d’un processus législatif entamé dès le début de l’année 2015, et la méthode suivie par le Gouvernement pour élaborer le décret d’application, fruit d’une coordination interministérielle efficace et au long cours entre les ministères en charge de la Santé, du Sport et de l’Enseignement Supérieur, et d’une large concertation avec l’ensemble des professionnels concernés, praticiens du « Sport sur Ordonnance » depuis des années (un processus que j’avais évoqué en mars dernier dans cet article).

Nous nous réjouissons également que le décret ait pu être publié avant la fin de l’année 2016, conformément à l’engagement pris par le Gouvernement au moment de l’adoption de la loi.

Nous appelons désormais de nos vœux une appropriation du sujet par les facultés de médecine, afin que les vertus du « Sport sur Ordonnance » soient davantage connues et intégrées dans les formations médicales initiales et continues.

Qu'en pensez-vous ?

Ma réaction (perso!) à chaud : au départ, j'ai trouvé ça "abusé", un peu comme les cures... Et puis je me suis dit que c'était peut être nécessaire pour certaines personnes vraiment réfractaires à l'activité ou avec des problèmes physiques importants. Je vois ça comme de l'éducation thérapeutique, pour que les gens puissent devenir autonomes dans leur gestion de l'activité physique. Je ne pense pas que beaucoup de personnes de notre tranche d'âge en bénéficieront  :epaules: Dans tous les cas, un point positif est de faire reconnaître officiellement l'efficacité d'une thérapeutique non médicamenteuse, ça pourra aussi participer à en faire prendre conscience au grand public.

*PS @Edelweiss j'ai pensé à toi pour un éventuel renouveau professionnel :clin::calin: 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
elodie062006    664

Je n'arrive pas à bien comprendre le procédé. Je suis DT2 donc mon médecin peut me prescrire par exemple 1h de natation par semaine? Qui paie? Comment cela se passe t-il? C'est pas très clair tout ça à mes yeux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabienne    2 844

J'en comprends que ton médecin peut en effet te prescrire 1 h de natation par semaine par exemple. Que ça peut être remboursé, au moins dans certains cas (dans l'exemple de Blagnac, c'est la ville qui a tout financé).

Voici les informations que nous a envoyées l'UFOLEP sur le programme "Santé Sport 92"

Citation

L’UFOLEP (Union Française des Œuvres Laïques d'Education Physique), première fédération sportive multisports affinitaire, développe des pratiques nouvelles pour Tous, et surtout auprès des publics les plus éloignés de la pratique sportive.

Face à l’enjeu de santé que représente la hausse des maladies chroniques, de nombreuses campagnes nationales mettent en avant la nécessité de pratiquer une activité physique régulière pour des bénéfices aussi bien au niveau physique, psychologique que social. C’est pourquoi l’UFOLEP met en place des ateliers par le biais d’activités adaptées ludiques et conviviales (Kin-ball, tennis, yoga, cirque, activités collectives).

Le comité des Hauts-de-Seine de l’UFOLEP est subventionné par la CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie) pour la mise en place de son atelier « Santé Sport 92 ». L’objectif étant de favoriser la pratique d’activités physiques adaptées dans le but d’améliorer l’état de santé de ses assurés présentant une maladie chronique.

Sur prescription de leur médecin, certains de vos patients ont la possibilité de bénéficier d’un accès à des activités sportives adaptées à leur situation.

L’UFOLEP intervient dans plusieurs types de structures telles que des EHPAD ou en mairie (CCAS, CLIC, service sénior) ainsi qu’en Maison d’arrêt ou avec la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ). Par ailleurs, les séances sont encadrées par des personnes diplômées ayant l’habitude de travailler avec la population en question.

 

Contact : Lewis Nicol Chargé de projets séniors et handicap en alternance 01 46 69 92 01

UFOLEP 92

24 Bd de la Seine

92000 NANTERRE

www.cd.ufolep.org/hautsdeseine/

https://www.facebook.com/ufolep92

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Katz    2 573

Je connais des personnes qui en bénéficient à Strasbourg qui était ville-test. Pour le diabète, c'était réservé aux T2. Elles étaient en surpoids, voire en situation d'obésité, et je trouve qu'un sport adapté et accompagné est une bonne idée dans ce cas.

De là à ouvrir à toutes les ALD, je suis plus sceptique... Je ne demande qu'à être convaincue ;)

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pounine    1 663

Il existe qqch d'assez développé sur roanne.

Edit : je reprends le fil de ma pensée après le couchage des petits : le sport sur ordonnance est à ma connaissance pratiqué à Roanne (je ne sais pas trop néanmoins comment c'est financé, probablement via l'HAS), pour les femmes plus "jeunes", notamment dans la maternité où les femmes avec un DG peuvent se voir prescrire des séances de sport adapté durant la grossesse et même après, si mes souvenirs sont bons. En parallèle de l'activité sportive, elles ont un suivi diététique prénatal et en post-partum et je crois qu'elles peuvent même venir faire du sport avec bébé ou la fratrie. En bref, c'est bien conçu mais je n'ai jamais eu l'occasion de discuter avec une patiente ayant testé.

Dans la Loire, en collaboration avec le réseau Dédicas (qui a changé de nom d'ailleurs récemment), il y a plusieurs préparateurs sportifs qui se répartissent le département et qui organisent très régulièrement des activités, dans des coins vraiment proches des patients.

Je crois que j'avais posté un truc dans un fil du CA (@fabienne : regarde sur le post de Roanne si ma mémoire est bonne). Si leur expérience peut en intéresser certaines, je peux les recontacter pour en savoir plus.

J'ai trouvé ça comme article de presse : http://lessor.fr/sant-plateforme-sport-sant-42-le-lien-qui-oriente-8253.html

Dans la même veine (mais était-ce aussi poussé comme démarche ?), le CH de Bourgoin-Jallieu souhaitait avoir un suivi des femmes en post-partum et je crois qu'une activité physique adaptée était également prévue.

 

Et si ca peut en intéresser certaines @Edelweiss, la Loire forme à toutes ces questions : http://cdos42.fr/accueil/formations-sport-sante

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
MelLebowski    390

Dans la presse, on voit partout l'info que le sport peut être prescrit à partir d'aujourd'hui dans le cadre des ALD.

Seulement, c'est une prestation qui reste non remboursé.
Du coup je ne comprend pas bien l'utilité de ce genre de pratique, c'est plus cher qu'un club de sport, vu que ce sont des rdv avec des rééducateur et des kiné, où les gens vont trouver cet argent ?

cf l'article sur bfmtv partagé par le CEED  : http://www.bfmtv.com/sante/le-sport-sur-ordonnance-ce-sera-possible-des-ce-mercredi-1111355.html

Citation

ces activités physiques adaptées seront dispensées par des professionnels de santé comme des masseurs-kinésithérapeutes, ergothérapeutes et des psychomotriciens et par des professionnels titulaires d'un diplôme dans le domaine de celles-ci ou d'une certification de qualification.

J'analyse ça comme :
1. Le sport devient officiellement une thérapie
2. Conséquence : Les professionnels de santé seront formés à la pratique du sport pour les diabétiques.

La pratique d'une activité encadrée par un kiné reste quand même très onéreuse et du coup pas très pérenne. Et vu que la pérennité de l'activité physique reste la clé de la bonne santé, ça me fait des nœuds au cerveau...
Je ne comprends pas où on doit en venir...

Est-ce que c'est un décret "amorce", pour donner du souffle au développement  d'initiatives locales pour créer de structures accessibles (en terme de prix, de type d'exercices proposés) à ces patients ?

Peut-être que mon post n'est pas au bon endroit ou que je fais doublon... désolée !

 

Et le décret en lui même :

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000033748987&categorieLien=id

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
LucieB    635

c'est juste pour que je me culpabilise encore plus de ne pas avoir le temps d'en faire, non ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
LucieB    635

c'est exact ! je choisirai donc l'option "baby-sitting" sur ordonnance, pour avoir du temps pour le sport

mais j'avoue que le boulot, la cuisine, le linge, le ménage (le quoi ??) et le temps en famille sont prioritaires sur le sport

et puis courir de l'un à l'autre, c'est du sport, non ?

  • J'aime 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Katz    2 573

Un autre article

http://www.lemonde.fr/sante/article/2017/02/28/du-sport-sur-ordonnance-mais-pas-rembourse_5086911_1651302.html

Je cite :

"Certaines villes n’ont toutefois pas attendu la loi. De fait, à Strasbourg, où le sport sur ordonnance a été lancé en 2012, quelque 1 500 personnes en bénéficient à ce jour, et 320 médecins généralistes strasbourgeois en prescrivent. Gratuit la première année, ce système est ensuite basé sur une tarification solidaire, en fonction des revenus, les deuxième et troisième années, à laquelle participent la ville de Strasbourg, l’Agence régionale de santé, le régime local de l’assurance-maladie, les hôpitaux universitaires de Strasbourg et récemment le conseil départemental du Bas-Rhin, etc.

A l’instar de la capitale européenne, d’autres villes ont lancé ce type d’initiatives. D’autres dispositifs fonctionnent, associatifs (comme Siel Bleu…) ou mutualistes (comme la MAIF). Et des offres privées se multiplient."

 

On peut imaginer une démocratisation de ce modèle. Mais à Strasbourg, les T1 ne sont pas concernés par la mesure...

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
MelLebowski    390

Je voyais plus un décret qui faciliterait les initiatives locales comme celles que tu as cité Katz...

Parce que effectivement, dans ces villes c'est pertinent, le prix des prestations (si prix il y a pour les utilisateurs) si elles sont prescrites, est en adéquation avec leurs moyens.

Ailleurs en France où il n'y a pas ces asso et ces mises en place par les villes, les gens qui se font prescrire du sport ils vont devoir vendre leur meubles ou bien ?

Je trouve ça encore plus décourageant de penser qu'on prescrit quelque chose à quelqu'un qui en a besoin, et qu'il est probable soit qu'aucune structure n'existe, soit s'il y a quelques Kiné ou éducateurs sportifs pour proposer cette prestation, ce soit trop cher et/ou trop loin.

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chatbiscotte    328

La plupart des fédérations sportives lorgnent et s'engouffrent sur ce "marché" depuis quelques années.... pour ne citer que ceux que je connais un peu : natation, athlétisme et triathlon.

Pour le triathlon http://www.fftri.com/pratiquez-le-triathlon-pour-etre-en-bonne-sante

La fédération propose des formations aux clubs pour accueillir ces nouveaux publics, faire des bilans sportifs et du coaching....je pense (mais peut être que je me trompe) que ça pourrait rentrer dans ce cadre du "sport sur ordonnance"....A mon sens, l'enjeu pour les fédés est d'augmenter le nombre de licenciés (et donc leur poids, et leur lobbying)...pour le tri ça me semble un peu foufou, quand on voit comment ce sport est élitiste (par rapport à la course à pieds par exemple) mais les trois sports sont effectivement excellents pour la santé, et complémentaires, et peuvent être pratiqués à tout age et tout niveau.

 

 

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fil    775

Hello, merci @chatbiscotte pour ton avis intéressant, moi aussi je trouve que certaines vues de certaines fédérations sportives sont un peu disproportionnées par rapport au besoin réel des malades. C'est vrai qu'une activité physique est indispensable pour se maintenir en forme mais de là à pratiquer un sport avec un minimum d'assiduité il y a peut-être une solution médiane à trouver.

De toute façon, il est essentiel de pratiquer le sport avec plaisir et de tenir compte de ses propres contraintes, sociales et familiales. Bonne soirée  @@++   ;)  :) 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabienne    2 844

:up: sur ce sujet, suite à une information transmise par notre partenaire Linkiwis dans la région toulousaine :

Citation

Depuis peu, les patients atteints d'ALD peuvent se faire rembourser la prestation d'activité physique a hauteur de 500€ en faisant de l'activité physique adaptée avec Linkiwis. Conditions : être affilié a la MAIF (peu importe le type de contrat, maison, voiture, ...) ou sinon être adhérent a la Mutuelle des sportifs.

 

Et chez vous, du nouveau dans les villes / mutuelles / associations sportives ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×