Jump to content
Sign in to follow this  
Marcot

Hypo sévère de ma femme

Recommended Posts

J'ai besoin de vous parler...

Je vis avec ma femme depuis 10 ans, ça en fait 14 quelle est diabétique de type 1, et on le vit ensemble à 50/50

Elle m'a déjà fait 2/3 hypos sévères en cette période, mais ce matin ça a recommencé.

On est un peu stressé en ce moment, changement de boulot pour elle, travaux dans notre nouvel appart', notre fils de 18 mois à une bronchiolite

Cette nuit je l'entend respirer fortement et j'essai de la réveiller sans succès, moi je suis crevé car je m'occupe de notre fils la nuit, Sur le coup j'ai préféré dormir. Pareil ce matin, je la laisse se réveiller et moi je profite des dernières minutes dans le lit.

Puis je me lève et la retrouve en panique dans la cuisine, elle savait pas du tout ce qui ce passé, elle arrivait pas à finir sa 1ère phrase. Elle avait un entretien d'embauche à 10h et elle voulait absolument y aller. Je l'ai allongé dans son lit en lui donnant de la confiture. Puis j'ai appelé SOS médecin pour une visite et j'ai pu faire venir ses parents pour prendre le relais; puis je suis parti au boulot avec la boule au ventre.

Personnellement je sais que j'ai tout bien fait, mais moi qui suit stoïque face à ce genre de chose, là je suis pas très bien non plus.

 

Y'a t'il des conjoints ou proche qui pourraient me dire comment ils vivent ces expériences ? Est ce que vous arrivez à vivre votre journée normalement 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour @Marcot et rebienvenue parmi nous.

Tu as mis ta femme en sécurité (et d'ailleurs, bravo pour votre mariage et la naissance de votre bébé. La grossesse s'est bien passée ?) et tu as eu à gérer une épreuve stressante. Tu as bien fait de venir en parler. Ta réaction me semble normale, tu as besoin de décompresser ! Comment va t'elle désormais ? Sait elle pourquoi elle a fait une hypo ? 

Sais tu te servir du glucagen ? Ça pourrait être intéressant qu'elle te montre. 

@libellule, si tu passes par là. 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Marcot. Je suis fille et maman de DID

Je rejoins pounine pour le glucagen kit. J'ai pas eu l'occasion de m'en servir et je ne l'ai pas vu à l'œuvre, mais j'en beaucoup entendu parler de sa rapidité. 
J'ai peu de souvenir des hypos sévère de papa, quand j'avais 2 ou 3 ans ils avaient fait pas mal (le temps de trouver les bons dosages, c'était la découverte) j'ai un flash de lui allongé dans la salle de bain et que j'étais très inquiète, mais voilà j'étais petite. 

C'est pas arrivé avec mon bonhomme, mais  je pense que je serais vraiment bouleversée comme toi.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir je peux parler de l'intérieur... Dernière hypo sévère ( convulsions) il y a 15 jours... Je croyais que je n'en referais pas grave au capteur (l'avant dernière  avait 5 ans). Les situations de fatigue et de stress favorisent grandement e risque et la gravité de l'hypo. 

De mon côté je songe a passé à une pompe couplée avec capteur alarme stop avant hypo.... Pour le moment j'ai le fsl mais ce n'est pas suffisant... La preuve. De mon côté le plus pénible c'est

1 de mettre tout le monde en difficulté

2 de l'être pendant un temps de plus en plus long. L'hypo elle même n'a pas durée très longtemps ( j'avais ingurgité b4 sucres avant de sombrer) enfin suffisamment pour que l'on me ramène en voiture, et m'installe sur un lit sans que je me souvienne... mais j'ai eu l'impression d'avoir le cerveau au ralenti pendant une semaine....

A 45 ans et surtout la répetition des évènements il faut que ça s'arrête... L'année de ma thèse j'ai fait 5 malaises...

Je vais demander à mon mari de te répondre 

Bonne soirée

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Marcot. Comme l'a proposé ma femme, je vais essayer d'apporter mon expérience des hypoglycémie. Ça fait onze ans que je vis avec mon épouse qui est did depuis bien avant notre histoire. J'ai donc découvert cette maladie avec une grande impuissance et dans l'obligation d'accepter cet état de fait. Et oui, au début de notre histoire, la puissance de mon amour ne pouvait absolument rien à celà. Je me suis donc formé auprès de mon coach diabète, il faut dire qu'elle a le niveau expert. J'avais donc une bonne idée des différentes étapes menant à la perte de connaissance. Et puis un jour, la situation de crise est arrivé. Ma femme me prévient qu'elle est en hypo et se resucre, trop tard. Très vite des convulsions qui vont devenir violentes arrivent. Merde, panique a bord, il faut absolument retrouver du sang froid et agir. Première chose, la manche de mon sweet dans la bouche pour éviter qu'elle ne se détruise la langue. Mise en sécurité de la victime, il ne faudrait pas qu'elle se blesse ma princesse, ce qui lui est déjà arrivé lors d'un coma solitaire. Les convulsions cessent, c'est la perte de connaissance. Ce jour là, nous étions heureusement en compagnie de mon beau-frère, qui lui aussi est diabétique. Ensuite, j'ai piqué, c'était la chose à faire, mettre en pratique ce que j'avais appris sur l'usage du glucagon. Et puis, attendre, surveiller les fonctions vitales, ne pas laisser de terrain au stress. Puis les yeux s'ouvrent, interrogent les alentours et me fixent disant clairement "tes qui toi". C'est là que je commence à flipper. Puis elle parle, pose des questions du genre je suis où , c'est qui lui... Elle allaitait à cette époque. Je lui dis que sa fille a faim, elle me répond "ma fille ?" . Vertigineux. Une trentaine de minutes, la vie redevient presque normal, le temps que la glycémie remonte et que les neurones puissent carburer normalement.

Oui, c'est flippant ces grosses hypos, celles où on frise les 0,50 avec une flèche vers le bas, quand je détecte des micro convulsions sur son visage et que j'ai les pieds dans les starting-blocks, prêt à me transformer instantanément en secouriste.

Alors, je vais répondre à ta question.

Sur le moment, je ne vis pas ma journée normalement, du moins, pas avant que tout soit rentré dans l'ordre, ce n'est pas une situation normale. Le monde peut bien s'écrouler autour de moi, une seul chose compte, ma femme. Et finalement, la vie reprend son cours habituel.

  • Like 3
  • Thanks 7

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Marcot,

pour ma part j'étais déjà avec ma femme lors de la découverte de son diabète, et donc j'ai appris beaucoup en même temps qu'elle à appris à gérer son diabète. Jusqu'à maintenant je n'ai jamais était confronter à des hypo où elle pert connaissance même si j'en ai vu à moins de 0,4.

Pour autant, j'ai beaucoup insisté pour qu'elle fasse un cours de glucagon à ses collègues de boulot. Le fait qu'elle soit entourée de gens qui ont une notion de "il faut faire quelque chose, elle nous l'a expliqué un jour..." me rassure quand même.

Au fait, @LucieB, nos enfants savent ils à quoi sert la boite orange dans le frigo ? Colombe est peut être assez grande pour apprendre ! Faut qu'on voit ça.

En plus, ma femme ressens bien les tendances de son taux de sucre, c'est à dire que quand ça descend, elle se ressucre avant l'arrivé de l'hypo car elle s"en rend compte. (merci le FSL)

En effet, on ne vit pas sa journée "normalement" dans ce genre de situation, mais c'est vrai aussi quand elle est malade, si les enfants sont malades ..

Bref on a pas fini de s'inquiéter, mais pour le moment tout le monde va bien et on prendra les problèmes à mesures qu'ils arrivent. (le plus tard sera le mieux, le top serait de ne pas en avoir mais il faut rester lucide ça arrivera)

  • Like 2
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

Merci les gars pour vos témoignages.

Mon homme a fait une hypo grave : fin de repas (un peu arrosé) chez mes grand parents, un Arno tout pâle et en sueur qui ne répondait plus. Nous étions partis sans glucagon. Je lui ai fait manger du sucre un peu fondu, en vain .... on a appeler les secours (dans l'idée de lui faire une perf de glucose) et il est progressivement revenu à lui, avec les pompiers.

J'ai été très attentive à toutes ses hypos dans les mois qui ont suivi car à ce moment-là il avait tendance à tarder à se ressucrer. Heureusement cela fait longtemps que ce n'est pas arrivé.

@Marcot ta réaction est normale. Je rejoins @pounine sur l'idée d'apprendre à injecter du glucagon. Et si ta femme fait des hypos graves, elle pourrait beneficier de capteurs couplés à une pompe à insuline avec le système de stop hypo dont parle @libellule.

@olivier : bonne question le glucagon et les enfants. J'y pensais recemment ... doit on apprendre aux enfants à l'utiliser ? Ils savent appeler les secours et sauront quoi dire, c'est déjà pas mal.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'avais pas appris à ma fille pour le Glucagon, mais très tôt je lui avais appris le numéro des pompiers et qu'il fallait leur dire que sa maman était diabétique.

Heureusement elle n'a jamais eu à le faire.

Mais c'est important aussi pour l'entourage de savoir quoi faire. Ça peut aussi les rassurer, ils se sentent moins démunis.

Merci pour vos témoignages très intéressants !

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mon grand je l'ai formé après la naissance de la première... Il avait 10 ans il me semble.... J'y pense pour les filles. Au moins qu'elles sachent dire que le glucagon est dans la poche avant de mon sac. Les numéros d'urgence elles ont appris et aussi ce que l'on doit dire... mais on va faire une révision... c'est plus sage

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'ai montré très tôt le glucagon aux enfants ... et je leur au fait manipuler il y a 3 jours un glucagen périmé. Félix n'a pas réussi, Morgane l'a aidé. Conclusion : si souci, appelez le 15 et sortez le glucagon !!! Je pense qu'ils ont compris, je les bassine avec ça depuis qu'ils sont petits !! en leur redisant bien que je n'en ai jamais eu besoin encore !

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

réponse de mon homme :

""""""""""""

Salut Marcot,
Oui c'est flippant quand ça arrive. Le diabète est une maladie qui se gère en famille. Il faut savoir que les hypo sévères peuvent arriver et il faut savoir y faire face. Même si c'est désagréable d'avoir à gérer une épouse complètement incohérente (et donc qui ne veut pas se resucrer) au milieu de la nuit, ce n'est pas non plus dangereux (sauf si elle convulse). Par ailleurs, une fois la glycémie revenue à une valeur normale, il n'y a pas d'autres conséquences que des nausées et/ou des maux de tête. Tu peux partir tranquille au boulot si l'hypo est passée. La meilleure façon de bien surmonter ces moments c'est d'en rire à posteriori. Nos enfants de 8 et 9 ans sont sensibilisés aux potentielles hypo de leur maman. Donc, ils savent quoi faire au cas où et on peut en rire tous ensemble (je t'accorde qu'à 18 mois c'est moins simple). Le seul truc vraiment dangereux serait la survenance d'une hypo pendant qu'elle conduit. C'est pour ça qu'il est important de bien connaître le comportement de ta femme dès que la glycémie baisse (personnellement, quand elle est en hypo, je n'ai pas besoin de lecteur de glycémie pour m'en rendre compte). Enfin, les capteurs couplés à la pompe à insuline a presque fait disparaître les hypo de ma femme. C'est donc une piste à explorer.
Bon courage. """""""""""""""""""""""""
 
bonne journée à tous
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut, et merci pour tous vos messages

 

Alors le petit va très bien, un amour qui quand il est pas malade et le plus merveilleux de tous (rageant pour les autres parents, on a beaucoup de chance). 

Sa grossesse a été suivi avec le FSL et la daibéto, c'était des courbes exemplaires ! 

 

En fait ma femme suis très bien son diabète et gère les hypos et hypers toute seule. Finalement à vous lire j'ai l'impression d'être impliqué dans les piqûres mais je prends pas sa maladie assez au sérieux. C'est une façon pour moi de géré le sujet, je fais tout bien mais je pense pas aux conséquences parce que j'ai suivi les règles. Et quand les problèmes surviennes je suis perdu.

 

Je connais le glucagon mais je considère jamais la situation assez importante pour lui injecter. Là encore le médecin disait de donner de la confiote pour la resucrer.

Heureusement pour moi elle à jamais fait de convulsions ou perte de connaissances, là ou j'irais chercher le glucagon !

 

Heureusement aussi que ces parents étaient disponible pour prendre le relais.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...