Jump to content
Sign in to follow this  
Marquise

Leur soutien sans faille

Recommended Posts

Dans le défouloir ô temps suspends ton vol on râle sur ceux qui ne nous comprennent pas, nous font grincer des dents, nous énervent, nous font pleurer parfois :

Mais il ne faut pas oublier les bons moments, les personnes qui nous comprennent, nous soutiennent, nous aident.

Ce post permettra de leur rendre un discret hommage en racontant ici ce que chacun.e a vécu, qui lui fait se dire "Ah finalement, j'ai bien de la chance d'avoir un tel, une telle, comme conjoint, enfant, parent, frère, sœur, collègue, ami, voisin etc..."

C'est ce qui m'est arrivé hier avec mon mari qui m'a fait penser à ouvrir ce post (ainsi que les témoignages récents de quelques maris ;))

Hier matin, le soleil étant de la partie, je décide de partir faire du vélo. J'en profite pour étrenner ma nouvelle veste cycliste d'hiver (rose fluo pour être bien visible), avec plein de poches, qui me permet d'éviter de prendre un sac à dos. Je glisse dans les poches mon téléphone (évidemment !), mon PDM, mes clés de maison, mes papiers d'identité (pour qu'on puisse identifier mon cadavre au cas où il m'arriverait quelque chose - oui, j'ai parfois des idées bizarres :mrgreen:), un peu d'argent et me voilà prête. La gourde est sur le vélo, tout est ok.

J'envisage de faire une petite balade d'une vingtaine de kilomètres. Je pars et me dis que cette veste tient bien chaud, que j'ai bien fait de l'acheter. En plus, super, plus besoin de prendre un sac à dos qui fait transpirer et colle au dos. Mais quand je repasse dans ma tête ce que j'ai mis dans mes poches, je me rends compte soudainement que j'ai quand même oublié le principal, qui était rangé dans une poche spéciale du sac à dos : le RESUCRAGE !

J'avais déjà fait 5 km. Je m'arrête au bord de la route, me scanne : 0.81 flèche descendante. Aïe ! Pas possible de faire encore 15 km, comme prévu, pas possible de rentrer (en sachant que je risquais l'hypo 100% de chance que celle-ci n'allait pas tarder à arriver). Ma sœur habite à environ 3 km de là où j'étais, mais 1- je n'étais pas sûre qu'elle était chez elle (vérification faite plus tard, elle n'y était pas) et 2- pas sûre du tout de pouvoir faire 3 km en sachant que l'hypo allait arriver !

Il ne me reste plus qu'une solution : appeler mon mari qui devait se préparer à aller prendre son apéro hebdomadaire chez ses parents. Avec un peu de chance il ne serait pas encore parti.

Je lui explique, il me dit "Bouge pas, j'arrive".

Quelques minutes plus tard il était là, la poche pleine de bonbons. Il est resté avec moi jusqu'à ce que j'aille mieux (car évidemment, entretemps, l'hypo était arrivée !). Je lui ai dit que j'avais de la chance qu'il n'était pas encore parti chez ses parents. Il m'a dit que même si ça avait été le cas, il serait immédiatement venu, que j'aurais eu intérêt à l'appeler, que c'était plus important que l'apéro etc.

Le matin même je relisais quelques témoignages du sujet cité plus haut (ô temps suspends ton vol) et je me souvenais de l'histoire du mari qui avait répondu à sa femme en hypo et qui lui demandait de l'aider : "attends 15 minutes, je dois terminer ma partie de jeu vidéo, je ne peux pas venir tout de suite."

Et là, je me suis rendu compte que j'avais de la chance d'avoir un mari aussi aimant, aussi compréhensif, qui à aucun moment n'a râlé en me disant "Tu aurais quand même pu penser à en prendre !! J'allais partir chez mes parents, je vais arriver en retard..."

:wub:

Je pense aussi à ce collègue qui, après une hypo très violente au bureau, m'a discrètement suivie dans la salle de pause quand j'y suis retournée pour encore me resucrer. Il a fait celui qui avait envie d'un café, mais c'était juste pour vérifier que tout allait bien.

Et vous ?

Racontez-nous ces petits moments de bonheur, ces témoignages de reconnaissance envers vos proches ou des inconnus, ceux qui nous aident, nous soutiennent, nous supportent sans râler...

  • Like 9

Share this post


Link to post
Share on other sites

hier soir, nous avions participé à la marche de la lumière, c'est une marche de nuit en forêt pour fêter l'entrée dans l'Avent

nous l'avions déjà faite il y a 2 ans et j'avais fait une bien belle hypo au pied d'une jolie montée, bref j'avais fichu la trouille à mon mari car nous devions avancer coute que coute pour suivre le groupe

 

hier soir, arrivés au sommet, le groupe s'est arrêté pour un temps de prière, et j'ai vu Olivier me chercher, venir à moi et me dire : "tout va bien ?"

voilà une petite attention du quotidien que me fait souvent dire qu'il est à mes côtés dans la gestion du diabète

 

merci @Marquise !

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le jour de la rentrée, je vais voir le maître de mon tiDID, pour expliquer pour la 7e année. 
On s'installe 
C'est pas son premier did, certes mais avant même que j'ouvre la bouche il dit 

"Avec L. j'avais mis en place le système suivant il avait le droit de se lever pour aller aux toilettes ou boire  sans me demander l'autorisation, alors je propose qu'on fasse pareil, les autres comprendront !" 

 "Le but cette année c'est que tu sois autonome pour le collège, c'est à toi de penser à prendre des affaires quand on est en sorite" mais il me glisse discrètement "puisqu'il a des soucis d'organisation et de concentration, j'aurais des sucres sur moi" 

Un jour au portail il m'a dit qu'il voyait bien quand il était en hyper qu'il était nerveux et que dans ces cas il lui demandait de se scanner 

C'est une vraie chance ce maître. 

La maîtresse de GS aussi était super, quand on est arrivé dans cette école (et cette classe) il était encore en NPH/rapide matin et soir. 
elle voit le dextro : "faut lui faire tous les combien ?" Je lui explique qu'il est autonome qu'il sait le faire (en MS ça avait été la cata, alors l'été on lui avait appris à le faire)

2 ou 3 semaines plus tard
"ON a un goûter aujourd'hui, ça m'embête que vous réveillez le petit frère pour venir faire la piqûre, on peut pas lui trouver un goûter de substitution sympa et à 4h30 il part avec un bout du gâteau?" je venais de trouve une recette de biscuit aux amandes très pauvre en glucide parfait, et en plus il y avait 2 part du gâteau dans la boîte "pour que petit frère en mange aussi 

Quand la pompe est arrivée 2 mois plus tard 
"maintenant qu'il a la pompe, il peut faire le même goûter que les copains ? super ! alors montrez moi comment on fait "

puis pour la piscine, je ne pouvais pas accompagner donc on se voit pour s'organiser 
 Un peu inquiète "Il faudra que je lui mette un autre cathéter après la piscine" J'aurais dit "oui"  bien elle m'aurait demander de lui apprendre

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

ah oui effectivement quelle chance!

mon homme est prof en primaire il a déjà eu des enfants did dans sa classe du coup il est aussi prévoyant et bien formé!!! :D:D:D

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Depuis qu'on est ici j'ai pas à me plaindre, la maîtresse de CP se reposait sur l'AVS mais l'AVS s'était formée elle même pour le dibète. les maîtresses de CE1 et CE2, étaent en peu en stress (surtout celle de CE1) mais au fil de l'année on prit de l'assurance, la maîtresse de CM1 m'avait assuré bien connaître, mais au final elle s'attendait à ce qu'il soit super autonome (mais c'est sans compter les troubles à côté) du coup elle étaient impliqué certes mais en même temps en panique. 

GS et CM2 vraiment top. 
Mais, l'année de la découverte MS je préfère me taire...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mon conjoint est au top. Je pourrais vous citer pleinnnnn de situations où il a vraiment été formidable, étant actuellement dans le même cas de figure qu’un fois (sans l’hypo) je prends cet exemple... une nuit, au salon, entrain de donner le sein à bébé je sens l’hypo (la  elle grosse qui ne peut pas attendre) et je n’ai rien à porté de main. Ni une ni deux je l’appelle, le réveil (il a toujours beaucoupppp de mal à émerger le pauvre) et lui demande un jus qu’il va me chercher sans attendre et qu’il me ramène avec un bisou en prime. 

Quand j'étais petite c’était mon papa la nuit que j’appelais et qui descendais en cuisine et me ramenait un plateau plein de victuailles... Ou encore lui qui venait me chercher au collège en cas de trop grosse hypo. 

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très bonne idée ce sujet ! Chaleureux et booster de moral !

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 27 minutes, MarieDiab a dit :

Très bonne idée ce sujet ! Chaleureux et booster de moral !

C'est le but ! ;)

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...