Jump to content

nanou4

Adhérent(e) de l'AFFD
  • Posts

    1,506
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    6

Everything posted by nanou4

  1. @Gabby55 vous avez eu un super réflexe en l'amenant aux urgences il a la meilleure prise en charge possible pour la réhydratation et l'alimentation. courage à vous, ce doit être épuisant.
  2. J'adore la formule, je la réutiliserai!!! très bel anniversaire à toi en retard
  3. allez, je poste mon humeur tristounette du jour: mon Elouan vient de partir pour une classe verte de 11 jours avec sa classe de CM1. Evidemment, je suis ravie pour lui, c'est super et il va se régaler, il part avec ses copains et les projets archéologiques-historiques sont extras, mais j'avoue que ces 11 jours me semblent une éternité. Il est déjà parti mais moins longtemps. sa petite soeur, Chiara, est complètement bouleversée par son départ, et elle est déjà à fleur de peau avec la rentrée en CP, ce départ assez proche de la rentrée n'est pas pour la tranquilliser. le point positif c'est qu'elle adore son frère, ils ont joué ensemble tout le week-end dans une grande complicité, et font une chouette fratrie. point négatif: on est tellement "toujours collés ensemble" à 4 que les enfants se trouvent vite démunis quand l'un est absent. sans compter que je suis moi même absente du mardi au mercredi toutes les semaines... mon mari et elle vont se retrouver à deux, je sens que le temps va être long pour lui allez, au boulot!!
  4. chez nous aussi il y a un des quantités incroyables d'otites, toujours soignées par antibiotiques mais récidivantes. c'est l'homéopathe qui a réglé l'affaire, en identifiant le fait que c'était lié aux poussées dentaires et en donnant un traitement adéquat. ensuite, plus aucune otite, sauf une fois, pour une poussée tardive, alors qu'on avait abandonné le traitement en passant que ce n'était plus nécessaire.... quand les otites sont récidivantes, il faut sans doute voir la sphère orl dans sa globalité et chercher du côté ostéo/homéo en préventif...
  5. tout pareil pour moi. j'augmente en général ma basale, après une ou deux nuits trop hautes (je passe par en général de 0,4 de débit basal la nuit à 0,6 à la veille des règles, avec une montée progressive des doses entre le milieu et la fin du cycle), et je rebaisse le deuxième jour des règles. je ne module pas les bolus, en revanche, c'est vraiment le basal (et notamment le basal de nuit) qui se modifie, avec des levers à 2 au lieu de 1 sans autre explication possible, qui me rappellent chaque fois que je suis en milieu/deuxième partie de cycle. je n'ai pas de contraception hormonale, des cycles très irréguliers depuis toujours, et c'est vraiment la montrée de ma glycémie au réveil qui me "donne" la date de mon ovulation
  6. avec du retard, très bel anniversaire à toi, notre super sportive pourvoyeuse de bons conseils hclf
  7. merci @chatbiscotte c'est intéressant. pour moi aussi le fait d'être dépendante de la pompe, du prestataire, etc est pesant... je suis partie aux US pour le travail en mars sans pompe (pas envie de charrier tout le matos, d'être scrutée à l'entrée sur le sol US, de craindre un KT coudé, une panne de pompe etc.) et m'en suis très bien portée. en été je repasse systématiquement sous injections pendant 4 semaines pour le camping, et pour pouvoir me baigner à tout moment sans contrainte, et ne pas voir ma glycémie monter si je reste des heures sans pompe à la plage ou à la piscine: avec l'insuline lente il y a toujours un filet de sécurité. après, je suis toujours contente de retrouver ma pompe pour tout ce qui est mémoire des bolus précédents (et tout simplement être sûre d'avoir fait mon bolus), de l'insuline restante, et assistant bolus en fonction de cette insuline restante. mais j'imagine que plus les bolus sont faibles, moins ces paramètres importent... et dormir sans pompe, ah oui, quel bonheur!!
  8. si ce n'est pas indiscret, est ce que le retour aux injections est lié au lowcarb?
  9. avec du retard, mais très bel anniversaire à toi
  10. je suis comme @Hipa une hb sous 7 ce sont des hypos en permanence; je suis hyper sensible à l'insuline et mes glycémies varient à la moindre activité; depuis que je suis maman et que je dois sans cesse être dispo pour les autres, me plier à un rythme qui n'est pas le mien, les imprévus sont le principe même des journées (en plus de tout ce qui est lié au boulot, bien sûr). du coup, la seule bonne solution pour moi est d'avoir de petits bolus: moins d'insuline dans le corps et donc des glycémies stables.
  11. c'est vrai, c'est ce à quoi on est confronté dans la vie courante, mais j'aurais attendu un peu plus de la part de mes soignants ; il n'y a qu'ici que je trouve partagée l'idée que chacun est un cas particulier
  12. ce que tu dis @chatbiscotte fait très précisément écho à mon sentiment d'impuissance lorsque je gère mon diabète avec les solutions préconisées par mes médecins et diététiciens (au demeurant fort gentils, mais, s'agissant des diététiciens de l'hôpital, peu ouverts, pour ne pas dire plus), et à l'impression de libération que me procure le régime low carb. pour moi entre des hb mauvaises, un vécu déprimant et fatiguant et l'inquiétude des complications d'une part, et d'autre part l'hb très améliorée, un moral top et une impression, pour la première fois, que je peux me soigner correctement, il n'y a pas de comparaison possible. j'ai moi aussi beaucoup de colère à l'égard de l'infantilisation dont, en tant que malade, j'ai été victime : du coup j'ai bidouillé mes trucs de mon côté sans suivre le programme imposé par les diét de l'hôpital, qui ont toujours assené leur discours sans aucun recul critique : par exemple j'ai fait de l'ITF avant l'heure parce que j'étais incapable d'avaler 300g de pâtes à midi (mais on m'expliquait par A+B que ces 300 g étaient indispensable pour avoir mon énergie quotidienne... bref). je ne rentre pas davantage dans le détail, mais quand un malade s'effondre parce qu'il n'y arrive pas, parce que le yoyo glycémique rend la vie impossible (enfer, oui), et que le médecin prend un air compatissant en disant qu'on va y arriver, qu'il faut faire des efforts, sans s'interroger sur la faisabilité de LA solution qu'il propose, il y a quand même un problème. mais ce n'est que mon expérience et mon vécu avec les professionnels de mon hôtpiral, ce qui m'a poussé à chercher d'autres solutions (je dis ça, mais je ne fais que du low carb, et depuis peu de temps, je n'ai pas assez de recul, moi, pour savoir comment je vais évoluer). je ne mets pas tous les soignants dans le même sac, loin de là, mais les "protocoles" uniformisés me posent problème.
  13. merci beaucoup Françoise pour cet éclairage! il est sûr que la combinatoire des facteurs est telle que chaque cas est particulier...
  14. j'adore ces posts où on admire des "courbes", le terme pourrait prêter à confusion si Fil était une Fille
  15. ah oui mais alors pour le reste du temps, quelles belles courbes!!!
  16. Hier, j'ai vu mon endocrino et lui ai fait part du fait que je commençais à me sentir une vieille diabétique et à penser au long terme, à craindre les complications, etc. Alors elle m'a dit - que les amputations et les complications sévères étaient une représentation ancienne de la maladie (et là j'ai quand même des doutes sur les complications en général), - et puis surtout, et c'est ce que je vous soumets, que les études actuelles montrent de plus en plus que l'équilibre pendant les dix premières années du diabète est un facteur important y compris pour éviter les complications très tardives. en gros: plus on est équilibré pendant ces dix premières années, plus les complications à long terme sont diminuées, et que les déséquilibres ultérieurs ont moins d'impact. Avez-vous déjà entendu un propos similaire? (je précise qu'elle est hyper en pointe de la recherche, elle ne doit pas me dire cela par hasard, mais c'est la première fois que j'entends ce genre d'analyse).
  17. retour dans la vraie vie : avec une hb à 6,7, j'ai vu mon endocrino hier et elle m'a dit que tout était ok, je lui ai juste dit que je prenais un p'tit déj avec des oeufs et des salades, et que tout allait mieux. j'ai pas osé détailler davantage . mais hier elle était tellement sympa et semblait ouverte (en gros: tant que ça marche, rien à redire), que je vais sans doute oser la prochaine fois
  18. oui, c'est du low carb plus ou moins accentué selon les jours. mais la grande nouveauté pour moi, c'est le petit déj, presque non gludicique: muesli de chia et omelette. ça change tout, car le bon point de départ conditionne l'ensemble de la journée! pour les autres repas, en fait j'étais déjà en low carb depuis longtemps, par goût
  19. je suis très "laxiste": aucune restriction sur aucun légume (même les carottes:-)), quelques fruits en petite quantité chaque jour, des laitages, des noix, de tout: en fait mon alimentation habituelle mais sans aucun féculent (et je n'aime pas ça, à part le pain qui me manque). mais ça me permet de ne plus penser au diabète, de ne plus avoir peur des hypos qui se resucrent avec un petit bobon, et d'avoir des résultats assez lisses si je suis observante (je ne le suis pas en contexte festif). en gros ce qui m'étonne c'est que les effets positifs se voient même à distance des repas, la pp est géniale mais les glycémies 4 heures après le repas et les nuits aussi. j'ajoute que j'en étais arrivée à être hyper déprimée par le did (et l'incompréhension des soignants qui trouvent que tout se gère très bien maintenant), et par les montagnes russes glycémiques (je suis très sensible à l'insuline: en gros si je fais la vaisselle je fais une hypo). Je voyais bien que même si j'ai eu des bonnes hb après le diagnostic, puis pour mes grossesses, depuis 2012 mes hb sont toujours mauvaises, et que je commence à avoir peur pour le long terme. c'est pour cela que je suis si contente avec mon 6,7 d'hb: j'ai l'impression de voir le bout du tunnel, avec une sérénité retrouvée (et une humeur très stable). ça correspond à un moment où j'avais besoin de trouver une solution pour aller de l'avant.
  20. allez, la descente est lente mais je suis quand même contente: je fais du lowcarb depuis le 6 semaines, hb d'aujourd'hui: 6,7 (jamais atteint hors grossesse). et surtout, une glycémie relativement stable, sans hypos et hypers excessives. c'est un premier pas!
  21. je fais comme toi: en remplacement d'une pompe éventuellement défaillante, je prends des stylos (mais c'est parce que je ne pars jamais longtemps, un passage aux stylos pour deux trois jours ne me gêne pas). cela me simplifie les choses et me tranquillise au cas où. moi c'est le fait de me trimballer avec des tonnes de matériel pour la pompe qui me stresse, à la limite je préfère même repasser aux stylos directement avant le voyage, plutôt que d'avoir un sac plein de catheters à transporter toujours avec moi... j'imagine que les globe-trotters riront en lisant ça, mais voyage+diabète c'est anxiogène je trouve, toujours peur de perdre mon matériel, de ne pas en avoir assez, etc.
  22. ah ah, j'ai reçu le même message aujourd'hui , du même prestataire. voilà donc en effet: 1000 euros de caution la 2e pompe.
  23. elle mange du beurre et ... pas grand chose. même les légumes sont très peu variés: salade, épinards, chou chinois, des feuilles vertes quoi! clairement je n'aurais plus de plaisir gustatif si je mangeais aussi restreint, à avaler seulement du gras pour le gras. les recettes que j'ai lues ici sont bien plus alléchantes!
  24. ah mais oui... protéines!! voilà déjà un mystère élucidé
×
×
  • Create New...