Jump to content

nanou4

Adhérent(e) de l'AFFD
  • Content Count

    1,452
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

nanou4 last won the day on December 17 2018

nanou4 had the most liked content!

Community Reputation

446 Fantastic

About nanou4

  • Rank
    Addicted member

Profile Information

  • Diabet's type
    Type 1
  • Gender
    Femme
  • Location
    Paris

Recent Profile Visitors

1,367 profile views
  1. Je rejoins les filles: il est évident que ton vécu et ton ressenti priment, l'expérience de la pompe est très personnelle. Mais je rejoins aussi celles qui disent que les inconvénients en question semblent surtout liés à l'omnipod. je suis sous pompe traditionnelle, avec fil, et je 'n'ai jamais connu ces mésaventures. et d'ailleurs je ne souhaites pas passer pour l'instant à l'omnipod précisément parce que je redoute ces pbms au point d'injection...
  2. @sugarJe suis bien d'accord avec @MarieDiab j'ai des amies qui ont commencé l'une le piano, l'autre la clarinette, après avoir eu des enfants, à un moment où elles voulaient se prendre un peu de temps pour elles, à nouveau. et de fait, elles progressent très vite, parce que la motivation est différente de lorsqu'on est enfant. de ce que je vois, ça leur apporte beaucoup de bonheur, et des liens avec leurs enfants qui s'y mettent au même moment! fonce en plus, le piano n'est pas décourageant comme le violon ou les instruments à vent, quand même assez difficiles au début; la gratification et la possibilité de jouer des morceaux sympas arrive très vite.
  3. sur ce point il faut sans doute faire comme ça fonctionne le mieux, par exemple moi je suis souvent en déplacement, donc j'ai besoin d'avoir toujours un stylo avec moi, si je devais le récupérer au frigo chaque fois, trop de risques de l'oublier. de toutes façons, à mon avis, les effets de ces pratiques (dans frigo ou pas) sont marginaux, aucun n'altère vraiment l'insuline. si son action est un peu diminuée, c'est tellement faible qu'imperceptible ( à part pour l'insuline congelée, vraiment détruite et inutilisable). les températures élevées ou l'alternance de température n'a pas un effet décisif, la preuve, les prescriptions diffèrent!
  4. Je fais comme @Lounche, c'est ce que l'on m'a toujours conseillé: sortir le stylo/flacon non entamé une heure avant le premier usage afin que l'insuline ne bulle pas et ne fasse pas mal au passage. Ensuite garder l'insuline entamée à température ambiante (28 jours max, même si elle ne perd pas complètement son action ensuite, évidemment). On m'avait aussi dit que le pire pour l'insuline était les grosses variations de température: par exemple en été, mieux vaudrait garder l'insuline toujours à une température un peu élevée, que de la garder la journée avec soi à cette température ambiante un peu élevée (dans le cas d'un stylo) et la nuit dans un frigo. On m'avait aussi dit que l'insuline pouvait supporter des températures un peu plus élevées que 25 degrés, contrairement à ce qui est écrit sur les notices, mais qu'en revanche, une fois gelée, elle est fichue. Moralité: je suis partie en camping dans les îles grecques pendant trois semaines, il faisait 40° sous la tente, et je n'ai pas eu de problème :-) peut-être l'insuline avait-elle perdu un peu d'efficacité, mais je ne l'ai jamais constaté de manière nette, mes dosages étant de toute manière modifiés par les randonnées permanentes. Tout cela est ancien, les recommandations ont peut-être évolué.
  5. Moi je crains d'être trop épuisée, je passe toute l'après-midi en jury de thèse, et comme j'ai des semaines infernales avec beaucoup de déplacements jusqu'à Noël, je suis en mode survie/dodo tôt. bises les filles
  6. oui le low carb c'est idéal sans doute pour ce genre de situation!
  7. - soit effectivement c'est le cortisol, mais ça le fait rarement pour les sports d'endurance - soit c'est le rebond après le repas: le bolus divisé marche le temps du sport, mais ensuite, la fin de la digestion se fait avec insuffisamment d'insuline. mais dans ce cas, pas de solution idéale, car tu as effectivement besoin de diviser ton bolus pour le sport. ça me le faisait quand j'allais courir juste après le petit déjeuner avec un bolus hyper faible: c'est ce qu'il fallait le temps du sport, mais ensuite remontée en flèche de la glycémie: j'avais pris l'habitude de refaire un bolus après le sport, mais moins élevé que ce que préconisait l'assistant bolus. - soit enfin cela peut être un problème de basal: tes besoins en basal de la période où tes glycémies remontent sont peut-être en partie couverts d'ordinaire par le bolus, et quand celui-ci est considérablement baissé, cela devient visible que le basal n'est pas bien dosé (mais ça n'est pas l'explication s'il t'arrive d'autres fois de faire de petits bolus, en low carb par exemple, et que ta glycémie ne remonte pas). je pencherais pour la deuxième hypothèse...
  8. dur dur, essaie de prendre soin de toi (je sais que c'est précisément ce que tu n'as pas le temps de faire, mais parfois quand l'entourage voit la crise éclater, il comprend et ça rebat les cartes, rend plus attentif à la maman qui porte tout et emmagasine le stress)
  9. les filles, lire vos messages sur le mois de juin me fait un bien fou. et on n'a pas parlé des inscriptions aux activités pour la rentrée. petit échantillon de prise de tête quotidienne: est-ce que ma fille sera prise au cours de multisport au cas où elle n'aurait pas celui de danse (et si elle est sur liste d'attente à la danse est-ce qu'on demande quand même le multisport?), et est-ce que ça va tomber le même jour que le dessin de mon fils, et est-ce qu'il y aura un des deux parents pour aller récupérer les enfants, finalement ? et avec ça les dits-parents qui n'ont pas leur emploi du temps avant mi-juillet... et on n'a que deux enfants, on doit pas être très doués en organisation
  10. chez nous il n'y a que moi aussi (il fait plein d'autres trucs, ménage etc. mais la bouffe c'est mon domaine:-)) du coup comme en ce moment je rentre tard le soir, je cuisine le matin pendant que tout le monde petit-déjeune (et me lève un peu plus tôt pour me préparer avant) ; j'aime bien: je suis avec eux, je m'avance pour le soir, et pars au boulot à peu près contente de moi
  11. Happy birthday @Leelette!! plein de sport, de fromage et de bonheurs avec tes "hérissons" pour cette année
  12. @LucieB rassure-toi: c'est une période affreuse pour tous les parents: divers spectacles, gâteaux à préparer, imprévus de toutes sorties; au boulot il faut tout boucler, finaliser les projets, préparer la rentrée (je suis prof aussi), tout se chevauche. et pour toi tout cela vient à la fin d'une année où tu as accouché, été en congé maternité, où ton bébé est encore tout petit et où tu es sans doute très fatiguée par les nuits. Moi je dis plutôt chapeau de faire tout cela, c'est bien normal d'être épuisée, l'organisation te permet juste de tenter de faire front, mais c'est normal de craquer. pour moi, mai/juin depuis trois ans est la période à crises de larmes, charge mentale et prises de bec (brèves) avec mon mari ; on commence à le savoir et faire avec (et je n'ai que deux enfants). sois fière de toi!
  13. @Marquise est-ce qu'il fait un peu chaud par chez toi? pour moi succession d'hypos les deux premiers jours de chaleur, au printemps ou en été. ensuite tout se recale, mais en général le jour de bascule est un jour à hypos inexpliquées...
  14. alors moi j'ai systématiquement constaté que lorsque j'étais en hypoglycémie mes bébés bougeaient énormément, donc pas de dévitalisation de leur part, au contraire mais une certaine perception, quand même, de quelque chose d'inhabituel. cela me perturbait beaucoup, j'avais également l'impression qu'ils étaient en détresse (mais ce n'est pas du tout avéré, c'était juste un sentiment de ma part).
  15. pareil ici!! les choses ont bien changé, ma bonne dame !
×
×
  • Create New...