Jump to content

Alau

Adhérent(e) de l'AFFD
  • Content Count

    1,352
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2

Everything posted by Alau

  1. Joyeux anniversaire Tipiak J'espère que toi et ta famille allez bien
  2. Je constate les mêmes freins au télétravail que vous. Le télétravail est autorisé très officiellement par le ministère pour lequel je travaille jusqu'à 3 jours par semaine, pour les agents prenant les transports en commun, travaillant en bureau partagé et dans les zones de circulation active du virus. Dans mon service, nous sommes nombreux à réunir ces 3 conditions, et pourtant, la N+3 ne nous accorde qu'un seul jour de télétravail. Pourquoi ? On n'a pas de public à accueillir, pas de patients à soigner, et on a (enfin) un équipement pour télétravailler. J'ai demandé à bénéficier des 3 jours autorisés, mais il me faudrait pour cela un certificat médical de mon médecin traitant plus un avis favorable du médecin de prévention, que je n'obtiendrai pas... Je constate une désinvolture vis-à-vis de la situation sanitaire qui me désole : entre le jeune collègue qui revient de vacances et arrive au bureau le lundi alors qu'il a des symptômes depuis le jeudi précédent (appelé par l'ARS car cas contact et testé ensuite positif, il n'est heureusement resté que 20 mn au bureau ce lundi-là), et la N+2 qui vient avec de la fièvre et assiste à une réunion dans une salle fermée (elle a déjà eu la COVID19, mais comment peut-elle être sûre de la durée de l'immunité acquise ?), je ne sais pas ce qui est le plus inquiétant. Le jeune collègue a probablement eu un rappel des consignes sanitaires par mon chef, mais la N+2 continuera vraisemblablement à faire passer son travail avant le principe de précaution... Le service du ministère où travaille mon mari, en revanche, n'impose qu'un jour de présence au bureau par semaine depuis le début du déconfinement : dans ce cas, l'État applique les consignes sanitaires qu'il recommande aux entreprises. Apparemment, tout dépend du bon vouloir des chefs de service...
  3. En ce qui me concerne : canule vers le haut (le contraire de ce que m'avait conseillé le prestataire, et je n'ai pas eu d'acétone depuis plus de deux ans, alors qu'avec la canule vers le bas j'en ai eu très peu de temps après la pose de la pompe) et remplissage avec la seringue fournie avec le pod (conseillé par ma diabéto). Certains font différemment sans avoir de problème...
  4. Joyeux anniversaire @caro2503 J'espère que toi et ta famille vous portez bien
  5. Impression très désagréable ici de tout bâcler, parce qu'on doit télétravailler tout en "assurant la continuité pédagogique" pour deux enfants : heureusement, il n'y en a que deux !
  6. Les diabétiques insulinodépendants équilibrés et sans complications ne sont pas considérés comme personnes fragiles (la précision a été apportée hier a priori) : https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/actualites-du-ministere/article/coronavirus-qui-sont-les-personnes-fragiles
  7. + 1 ! Je suis tout de même soulagée de pouvoir rester à domicile. Mes collègues non fragiles et sans enfants de moins de 16 ans en revanche continueront à prendre les transports en Île-de-France... jusqu'à nouvel ordre.
  8. Bonjour @Bionique ! Félicitations pour cette grossesse, et bravo pour cette belle HbA1c ! Je répète ce que m'avait dit la gynécologue habituée à suivre des grossesses diabétiques, pendant une de mes grossesses : "dans les grossesses diabétiques, il y a la théorie... et la pratique". J'étais alors dans un moment où théoriquement, le placenta est à l'origine de besoins élevés en insuline, pourtant ma nasale était plus faible qu'avant la grossesse. Les échographies en revanche montraient une croissance normale de mon bébé, la gynécologue n'était donc pas inquiète. Le plus important est de lisser au mieux les glycémies, de rester autant qu'on peut dans les objectifs de grossesse, et d'être suivie par une équipe diabéto - gynéco habituée à nos grossesses : est-est-ce ton cas ? Profite de l'absence de nausées et de fatigue, je te souhaite une belle grossesse.
  9. Ici, la préconisation du médecin de prévention est la suivante : "éviter tout contact avec le public et toute mission à l'extérieur". Il est précisé : "Suivant l'évolution de l'épidémie d'autres mesures de protection pourront être proposées". Il m'a demandé si je pouvais faire du télétravail... malheureusement non pour l'instant, bien qu'en théorie mon travail y est adapté.
  10. @LucieB : ça fait réfléchir. Je prends les transports en commun, sur un long trajet (50 mn), pour l'instant la seule consigne à mon travail est de contacter le médecin de prévention si on est atteint d'une maladie chronique. Mon message au médecin de prévention est prêt, il faut vraiment que je l'envoie... ce qui veut dire que, potentiellement, tous mes collègues découvriront ma maladie, alors que je ne souhaite pas en parler.
  11. Effectivement, merci @Lounche, et avec un petit scan le midi je n'aurai pas de trou de plusieurs heures sur la courbe.
  12. Merci @Leelette. Je trouvais pratique de ne porter que 2 appareils... Téléphone + lecteur FSL + PDM, ça commence à faire trop pour mes poches de jean !
  13. Mauvaise surprise ce matin quand je télécharge les données de ma pompe Omnipod sous Diasend : jusqu'à présent, avec Diasend, je superposais les données de la pompe et celles du FSL (scannées avec mon téléphone et l'appli LibreLink), or Abbott a retiré la compatibilité entre LibreLink et Diasend... sauf en Suède et en Norvège Abbott Diabetes Care, the manufacturer of FreeStyle Libre, has unfortunately decided to remove the ability to upload data to diasend® via the LibreLink app – starting January 20th, 2020.
  14. J'ai connu le gros saignement, le bleu (de moins de 10 cm de diamètre), mais jamais de boule ni de douleur pendant toute une nuit. Est-ce que ça s'est un peu résorbé @Edelweiss ? Bon courage.
  15. Merci ! J'ai également reçu l'attestation
  16. Je viens de réadhérer et j'ai également besoin d'une attestation AFD. Merci à l'association pour toutes ses actions !
  17. Merci pour les mises à jour de ce post... que j'aurais dû relire AVANT de refaire le dossier médical Euroditas pour notre nouvelle assurance emprunteur. J'avais en tête ce qui c'était passé il y a 12 ans pour notre premier prêt immobilier, où toutes les garanties demandées m'avaient été accordées sans surprime. Cette fois-ci, les garanties décès, PTIA, IPT, ITT m'ont été accordées sans surprime mais la garantie IPP m'a été refusée. J'ai demandé au médecin conseil la justification de cette décision, sa réponse a été : "l'ancienneté de votre diabète". Pour info, mes 3 HbA1c présentes dans le dossier médical étaient 6.2%, 5.5% et 5.9%. Conclusion : un diabète dit "équilibré" suivant les critères des diabétologues ne suffit pas à Euroditas pour accorder les garanties proposées par ce courtier spécialisé en diabète. Comme l'a indiqué @loucelil faut donc privilégier les banques qui n'exigent pas l'IPP.
  18. Sur l'attitude de ton conjoint, tu me rassures Fanny Combien de temps as-tu dormi, toi, pendant cette période ? À vous de voir ce qui est le moins fatigant pour toi : dormir quand Z. dort, même si ce n'est pas la nuit, ou tirer ton lait en journée... Ce qui est certain, c'est que Z. tétera de moins en moins (sauf en cas de pic de croissance ou maladie où le sein le rassurera), et qu'en même temps la lactation deviendra moins sensible aux changements de rythme : faire sauter une tétée a moins de conséquences à 6 mois qu'à 3 mois.
  19. Sur allaitement et diabète, l'allaitement, en plus d'être un choix personnel et pas un protocole médical, m'a réconciliée avec mon corps : ce corps n'était pas "que" malade, "que" facteur de risques pour mes enfants, là il devenait "normal" et même source de bienfaits pour eux. Plein de courage Fanny, tu as traversé de nombreuses épreuves, d'autres phénomènes même s'ils ne sont pas médicalement graves sont épuisants, les coliques par exemple, qui disparaissent en général au bout de quelques mois...
  20. @Fanny un des seuls achats que nous ayons faits pour notre deuxième enfant est le berceau de co-dodo : ça change les nuits ! Peut-être pouvez-vous en trouver un d'occasion ? Ça se revend facilement ensuite. Concrètement, le papa ne se lève, voire ne se réveille pas, et moi je restais dans un demi-sommeil (je ne me rappelais plus trop le matin quand Éloi avait tété). Éloi y est resté jusqu'à 6 mois, et après les nuits sont bien plus simples. Pour Théodore, j'ai des souvenirs d'immense fatigue (l'impression d'être dans un tunnel, sans savoir quand arrivera la sortie) y compris plusieurs mois après la naissance, pourtant j'avais beaucoup moins de raisons que toi d'être fatiguée : naissance plus simple, et surtout aucun autre enfant à la maison. La présence des aînés est une source de fatigue supplémentaire (on s'attend au tunnel de fatigue subi pour l'aîné, mais en fait on se rend compte que ce sera pire), même si le Papa fait énormément. J'ai toujours été soutenue dans mon (notre) projet d'allaitement par mon mari, donc je compatis (je me retiens parce que j'ai envie de bondir) quand je lis que ton conjoint te pose un ultimatum (sachant qu'une partie de la fatigue est, quoi que tu en dises, due au fait qu'il y a trois enfants à la maison et pas le seul nouveau-né d'une toute jeune maman). Pour mon aîné, j'ai eu droit de la part de mes parents au conseil habituel d'introduire des biberons, pour réduire la fatigue. Je leur ai répondu en pleurant que je tenais à l'allaitement, et que j'attendais d'eux du soutien plutôt que des conseils de ce type. Par la suite, ils m'ont toujours complimentée, par exemple en voyant les petits bourrelets de mon fils. Je m'étais fixé 6 mois comme durée d'allaitement, et à l'âge de ton bébé, j'attendais cet âge avec impatience. Et puis à 6 mois, c'est devenu tellement plus simple que je n'ai pas du tout eu envie d'arrêter ! La fatigue (psychologiquement) a été plus supportable quand j'ai arrêté de comparer la durée des tétées, l'espacement entre les tétées, en prenant comme référence des enfants nourris au lait industriel : le lait maternel se digère très vite, ce n'est pas une raison pour considérer que la norme est le lait industriel. Idem pour le sommeil, depuis leur vie in utero, mes enfants ne rentrent pas dans les cases : enceinte, j'hallucinais quand je lisais la durée de sommeil moyenne d'un nouveau-né, alors que mes bébés gigotaient jour et nuit, j'avais même demandé à mon mari "mais il dort quand ??" Courage
  21. Ce sera sans nous cette fois Mes enfants ont adoré la salle de jeux de Chez He mais la salle de restauration était effectivement bruyante Passez une bonne soirée
  22. Merci Merci de faire vivre ce forum toujours aussi précieux.
  23. Pendant de longues années (bien plus que 3 ans), j'identifiais assez facilement les causes probables des glycémies trop hautes ou trop basses : mauvaise estimation des glucides car repas à l'extérieur sans possibilité de peser les aliments, stress... Il vint un moment où à alimentation strictement égale, activité physique comparable, et sans pouvoir identifier de paramètre perturbant, j'ai obtenu des résultats complètement différents et non reproductibles d'un jour à l'autre. Ma diabétologue m'a expliqué que j'avais bénéficié d'une insulinosécrétion pendant toutes les années précédentes. Lorsqu'on a de faibles besoins en insuline, cette insulinosécrétion même minime lisse les glycémies. @françoise vous a déjà parlé de ce phénomène me semble-t-il dans un autre post : Au-delà de ce phénomène d'insulinosécrétion résiduelle, tout le monde n'a pas eu la chance de commencer sa vie de diabétique avec un capteur de glycémie en continu, des insulines à action rapide, un schéma basal-bolus... Malgré les efforts permanents, certaines complications qui peuvent apparaître à long terme (gastroparésie) rendent un diabète ancien plus difficile à contrôler.
  24. Mes monitorings de fin de grossesse se sont toujours passés à l'hôpital, en même temps que les monitorings d'autres femmes enceintes. Je me souviens qu'une sage-femme avait demandé à une future maman (non diabétique) d'aller prendre quelque chose de sucré pour réveiller son bébé endormi. Cet effet de la hausse de glycémie maternelle sur le bébé a également été évoqué par une sage-femme en cours de préparation à l'accouchement : on parlait alors de ce qu'on peut faire pour se rassurer si on s'inquiète de ne pas sentir son bébé bouger pendant longtemps ; évidemment ce conseil ne s'applique qu'aux mamans non diabétiques, chez qui la hausse de glycémie, en cas de consommation de sucre, reste ponctuelle et très limitée.
×
×
  • Create New...